A silent voice, tome 5 – Yoshitoki Oima

Titre : A silent voice, tome 5
Auteur : Yoshitoki Oima
Éditeur : Ki-oon
Nombre de pages : 192
Quatrième de couverture : Shoya accepte de participer au tournage du film de Tomohiro… à condition que Shoko fasse partie de l’équipe. Un choix qui ne plaît pas à tout le monde et ravive les tensions…

Mon homme m’a offert la fin de cette saga à mon anniversaire en août, donc plus rien ne m’empêche de les dévorer à la suite.
J’ai lu le quatrième tome il y a 2 ans… et je ne m’en souvenais pas du tout. Entre Entre-temps, l’animé est venu se greffer dans ma mémoire… du coup, c’était un beau bordel et j’ai peiné à entrer dans l’histoire.

Shoya s’est fait des amis et semble enfin apaisé, mais pas pour très longtemps. Ensemble, ils décident de monter un film, mais ne sont d’accord sur rien. De plus, le groupe n’est pas chaud pour intégrer Shoko dans ce projet.
Quand tout le monde réussit enfin à s’entendre, Shoya fait équipe avec Satoshi, un ado du groupe qui a été victime de harcèlement plus jeune et qui refuse de rester les bras croisés lorsqu’il assiste à des scènes injustes. Il est plutôt imprévisible et Shoya s’inquiète de la réaction de son camarade s’il venait à apprendre l’identité de celui qui s’en prenait à Shoko en primaire. Bien sûr, le secret s’évente. Ses nouveaux amis vont-ils se retourner contre lui ?

Je ne sais pas quoi penser de ce cinquième tome.
En ce qui concerne Satoshi, et ce, depuis sa première apparition, je ne suis pas sûre d’aimer le personnage. J’apprécie qu’il se sente obligé d’intervenir quand il est témoin d’une injustice, mais parfois, sa façon d’y réagir ne vaut pas mieux que celle des harceleurs et puis il ne semble pas enclin à donner une seconde chance, ce qui me gêne.
Quant à Shoya, il m’a un peu saoulée. Il cherche désespérément le pardon, et il a obtenu celui de la personne la plus importante : Shoko, alors qu’est-ce qu’il en a à foutre de ce que pense les autres ? Autant leur avouer son rôle et assumer son erreur : surtout qu’il a tout fait pour rectifier le tir et je trouve qu’il s’en est pas trop mal tiré. Au lieu de ça, il passe tout le volume à s’apitoyer sur son sort et fait tout pour détruire les fragiles liens qu’il a tissé avec Tomohiro et les autres. D’ailleurs, il y réussit puisque le groupe éclate. L’autoflagellation, ça va un temps ! Il y a un moment, faut avancer et arrêter de se focaliser sur toutes nos erreurs. Ajoutez à cela qu’il rend Shoko malheureuse avec son comportement autodestructeur – malheureuse à un point… inimaginable !

J’avoue que ce cinquième tome m’a déçue, je n’en attendais rien d’autre que de passer un bon moment, et ce n’était pas le cas. J’ai eu tellement de mal avec Shoya que je l’ai lu en huit fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.