A silent voice, tome 6 – Yoshitoki Oima

Titre : A silent voice, tome 6
Auteur : Yoshitoki Oima
Éditeur : Ki-oon
Nombre de pages : 192
Quatrième de couverture : Rattrapé par son passé après une conversation avec Satoshi, Shoya voit son pire cauchemar se réaliser : ses nouveaux amis sont maintenant au courant de ce qu’il a fait en primaire, et la situation dégénère…
Même si son monde s’est écroulé, l’adolescent essaie de faire comme si tout allait bien, mais Shoko n’est pas dupe. Persuadée que tout est de sa faute, la jeune fille tente alors de mettre fin à ses jours en se jetant dans le vide sous les yeux de Shoya !

Bon, j’avoue que je n’étais pas motivée pour commencer ce sixième tome après la déception du cinq, pourtant le tome précédent terminait sur un cliffhanger de malade, mais cela n’a pas suffit à m’enthousiasmer… quelle erreur !
Si je l’ai lu si rapidement à la suite du précédent, c’est pour ne pas mettre trop de distance entre mes deux lectures ce qui aurait pu rendre la lecture fastidieuse…

Shoya retourne à l’appartement de Shoko afin de rendre l’appareil photo de Yuzuru (il me semble que c’est un truc du genre, mais comme je n’ai pas accroché, je n’ai pas retenu les détails). Quand il arrive, la porte est ouverte et en jetant un œil, il voit que la jeune fille est sur le point de se jeter du balcon. Il se précipite pour la sauver. Il la rattrape de justesse, mais elle est trop lourde. Shoko décide alors de se retenir à la rambarde pour remonter. Alors on ne sait pas trop pourquoi : est-ce qu’elle regrette son geste ? Est-ce qu’elle sent que Shoya ne lâchera pas et qu’elle va l’entraîner dans sa chute ?
Malheureusement le coup de main qu’elle file vient trop tard ou n’est pas assez performant et le jeune homme tombe dans le vide. Sa chute est amortie par de l’eau, mais d’une telle hauteur, ça fait des dégâts… il finit à l’hôpital entre la vie et la mort.

On ne voit quasiment pas Shoya de l’épisode. C’est moche à dire, mais je pense que c’est parce qu’il était absent que ça m’a tellement plu. Il ne prend pas toute la place et ça nous laisse le temps de découvrir les autres à tour de rôle : ce qu’ils vivent au moment présent, ce qu’ils ont subi ou fait subir plus jeune, leurs pensées, leurs regrets, etc.
J’ai trouvé que ça les rendait plus humains.
La seule qui m’a saoulée grave, c’est Naoka. J’ai serré les dents de rage plus d’une fois : que ce soit quand elle s’en prend à Shoko, quand elle affirme que Shoya est à elle, etc. Je ne vais pas tout vous spoiler, hein !

Je l’ai lu en deux fois parce que je l’avais commencé tard le soir… quelle idée ! Il faut dire aussi que je ne m’attendais pas à ce qu’il soit si bien. N’empêche qu’à peine levée le 23, je l’ai repris et terminé pendant mon petit-déjeuner, et ce, malgré les pauses contemplatives qui m’ont permis de savourer les illustrations.
Parce que je n’en ai pas parlé lors de ma chronique du 5, mais les dessins sont toujours aussi beaux, travaillés et étranges également (une impression due aux contours plus épais des personnages).

C’est un coup de cœur pour ce sixième volume et j’ai hâte de pouvoir lire le septième et dernier tome.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.