Brindille, tome 1 : Les chasseurs d’ombre – Frédéric Brrémaud & Federico Bertolucci

Titre : Les chasseurs d’ombre
Saga : Brindille, tome 1
Auteur : Frédéric Brrémaud
Illustrateur : Federico Bertolucci
Éditeur : Vents d’ouest
Nombre de pages : 96
Quatrième de couverture : Une jeune femme se réveille dans un village du petit peuple. Elle ne se souvient de rien, ni de son nom, ni de comment elle est arrivée ici. Alors qu’elle tente de retrouver la mémoire et découvre les habitants de ce monde, elle s’éveille peu à peu à des pouvoirs qu’elle ne contrôle pas. Est-elle une fée ? Une jeune fille ordinaire ? Une sorcière ? Les réponses à toutes ces questions se situent sans doute dans cette mystérieuse forêt qui entoure le village. Trouvera-t-elle le courage de se rendre là où personne n’a le droit d’aller ?

J’ai trouvé les deux tomes de cette BD à la médiathèque et je les ai empruntés afin de pouvoir les lire à la suite.
Une jeune fille fuit un incendie et trouve refuge dans un village habité par des créatures fort étranges, mais mignonnes pour la plupart. Elle ne sait plus qui elle est ni d’où elle vient. Elle vit un temps avec les villageois jusqu’au matin où la sorcière les prévient que la présence de la demoiselle allait attirer les chasseurs d’ombre. Ce qui suffit à effrayer et faire fuir tout le monde. Elle est alors seule jusqu’à ce qu’un loup la trouve.

Je les ai choisies parce que les dessins m’ont plu – oui, je suis faible, ce n’est pas nouveau, mais cela m’a permis une fois de plus de découvrir une chouette saga. Les décors sont super beaux et j’adore les couleurs typiques des albums de fantasy (un peu sépia comme ça). Les animaux sont magnifiques que ce soient les monstres qui pourchassent Brindille, ou le grand cerf. Même Meliss a la classe, ce qui n’est pas le cas de tous les villageois (je suis déçue qu’il n’ait pas eu une place plus importante dans l’histoire.

Y a que le loup qui pèche un peu. Son apparence est chouette, mais il ressemble plus à un renard qu’à un loup. En tout cas, pour un renard, il est très beau – ça me donne d’ailleurs envie de m’essayer à la bande-dessinée Love le renard, des mêmes auteurs (j’ai découvert qu’à la médiathèque, ils avaient Love le tigre, il faudra que je le prenne la prochaine fois).
J’ai bien aimé le character design de l’héroïne, même si c’est parfois inégal au niveau du visage surtout – le corps est super bien fait que ce soit lorsque Brindille est immobile ou en mouvement.

L’histoire est toute simple, pourtant j’ai beaucoup aimé : je trouve que c’est une bonne initiation à la fantasy jeunesse. La fin est digne du Seigneur des anneaux, à se demander comment elle va s’en sortir.
J’ai adoré cette lecture et je suis ravie de pouvoir lire la suite dès ce soir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.