N.E.O., tome 1 : La chute du soleil de fer – Maxe L’Hermenier, Djet & Michel Bussi

Titre : La chute du soleil de fer
Saga : N.E.O., tome 1
Scénario : Maxe L’Hermenier & Michel Bussi
Illustrations : Djet
Éditeur : Jungle
Nombre de pages : 70
Quatrième de couverture : Zyzo et Alixe parviendront-ils à l’éviter, tout en sauvant les membres de leur clan ?
Un nuage empoisonné s’est répandu sur terre.
Seuls quelques adolescents n’ont pas été exterminés par le cataclysme.
Alixe vit au Louvre (“le Château”) avec d’autres privilégiés, tandis que Zyzo tente de survivre en habitant la tour Eiffel (“le Tipi”) avec son clan. Mai lorsque les animaux sont empoisonnés, la nourriture vient à manquer à ceux du Tipi. Pour eux, aucun doute, les enfants du Château sont coupables.
La guerre va être déclarée !

Je remercie Babelio ainsi que la maison d’édition Jungle pour la confiance qu’ils m’ont accordée en m’envoyant ce partenariat exceptionnel.

C’est une bande-dessinée de science-fiction : les adultes ont tous disparu et seuls des enfants de douze ans ont survécu. Ils sont répartis en deux groupes :
– le clan du tipi, dont les membres sont considérés comme des sauvages et qui habitent sur la tour Eiffel.
– le clan du château, séparé en trois : les savants, les artistes et les soldats. Ils habitent le Louvre.
Le héros, Zyzo, fait partie du premier groupe. Il est envoyé espionner le second clan, mais à peine a-t-il pénétré le palais qu’il sauve de justesse la jeune reine Alixe. Un événement qui marque sa capture, c’est dommage pour lui, mais heureusement pour nous, lecteurs, parce que ça permet à Alixe de lui présenter les lieux et ce que son clan sait sur la raison qui a entraîné la mort des adultes.

J’ai beaucoup aimé l’univers présenté. Le récit est clair et concis, on ne dirait jamais que c’est tiré d’un roman. J’ai apprécié le fait que l’histoire se situe à Paris : d’un côté, c’est bizarre parce qu’on a l’habitude que la science-fiction se passe davantage dans l’espace où aux États-Unis, mais d’un autre côté c’était agréable de retrouver des repères aussi familiers qu’étrangement dépaysants.

Il y a beaucoup d’informations dans ce premier tome, et j’ai trouvé que les personnages ne sont pas assez dépeints à mon goût, et ce, malgré les 70 pages, donc j’ai eu un peu de mal à m’y attacher sur la première moitié de la bande-dessinée, après, ça va un peu mieux… du moins pour Alixe, Zyzo et Ogénor.
En ce qui concerne Saby, quelque chose m’a dérangée, mais j’ignore quoi.
J’aurais aimé suivre davantage Agnel et Solario, leur rencontre et leur mission étaient intéressantes.

La bande-dessinée couvre une année entière et la fin est une vraie conclusion… alors bien sûr, des indices sont disséminés pour permettre une suite et nous donner envie de lire les prochains, mais ce n’est pas un cliffhanger de malade et ça, ça me plaît bien.
J’ai aimé les dessins, ils sont chouettes même si ça manque de grande vignette comme j’aime à contempler – ça s’explique par une histoire dense. Les couleurs sont harmonieuses, mais je m’étais attendue à ce que ce soit plus sombre… donc ça m’a laissée une sensation bizarre, loin d’être aussi apocalyptique que ce que j’espérais. C’est d’ailleurs le seul bémol à cette lecture que j’ai beaucoup aimé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.