Gung Ho, tome 1 : Brebis galeuses – Benjamin Von Eckartsberg & Thomas Von Kummant

Titre : Brebis galeuses
Saga : Gung Ho, tome 1
Scénario : Benjamin Von Eckartsberg
Illustrations : Thomas Von Kummant
Éditeur : Paquet
Nombre de pages : 47
Quatrième de couverture : Une fresque SF aux allures de grande saga, servie par un dessin virtuose et spectaculaire !
Dans un futur proche, la “plaie blanche” a presque complètement décimé l’humanité, et la civilisation n’est plus qu’un doux souvenir. L’Europe toute entière est devenue une zone de danger, où la survie n’est plus possible qu’à l’intérieur de villes ou de villages fortifiés. Les règles sont importantes dans la zone de danger. Même un enfant sait cela. Jusqu’à ce qu’il devienne adolescent…

C’est une ancienne bande-dessinée proposée lors des 48hBD ; j’ignore quelle année parce qu’il ne me dit rien du tout. Mais je l’ai trouvé à côté de la sélection de cette année.
Je ne connaissais pas du tout et on ne va pas se leurrer, je me suis laissé tenter non seulement par le prix, mais surtout par les illustrations sont vraiment belles, d’un réalisme impressionnant au que je me suis demandée si certaines planches n’étaient pas des photos – ce n’est bien sûr pas le cas.
Une chose est sûre, ce n’est pas la couverture qui m’aurait incitée à l’acheter. Je ne la trouve pas terrible et surtout, elle est trompeuse. Je m’attendais à une histoire de jeunes des favelas (pourquoi le Brésil ? Je ne sais pas, peut-être en raison des paysages très verdoyants) et de ganja. Ben pas du tout.
On est dans un univers de science-fiction, davantage post-apocalyptique.

Zack et Archer sont deux jeunes issus de la ville, d’où ils ont été renvoyés. Ils ont donc une dernière chance : ils doivent s’intégrer dans la colonie n°16, également appelée “fort apache”. Pour cela, ils suivent un entraînement en vue de défendre la forteresse, contre de dangereuses créatures : des zombies, à n’en pas douter vue la blaguounette que leur font les ados résidents.
Je ne reviendrai pas sur ce que je pense des illustrations. Quant à l’histoire, j’ai beaucoup aimé. Je ne suis pas sûre d’apprécier les personnages, surtout l’aîné Archer : il est insolent, arrogant et irrespectueux. Zack est plus sympathique, il a un côté rebelle, mais moins tête brûlée que son frère. Ce dernier me plaît bien mieux.

Il est bon de préciser que cette version n’est pas complète : le premier tome original fait 80 pages et non 47… c’est très chouette d’avoir découvert cette saga, mais frustrant de savoir qu’il en manque un bout (en même temps, j’aurais quand même été frustrée d’arriver à la fin et de ne pas avoir la suite). Il faudra que j’essaie de me procurer tous les tomes.
J’ai adoré cette lecture captivante. Tout m’a plu : le récit, les illustrations, l’univers entêtant (pas un truc de fou, mais suffisamment agréable pour que je m’y sente bien).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.