Les enfants de la baleine, tome 05 – Abi Umeda

Titre : Les enfants de la baleine, tome 05
Auteur : Abi Umeda
Éditeur : Glénat
Nombre de pages : 192
Quatrième de couverture : La menace des troupes apathoïa s’éloigne enfin de Phaleina. Habitué aux douloureuses séparations, le peuple de l’île espère faire enfin une rencontre : des voyageurs venus d’un pays inconnu s’apprêtent à monter à bord du vaisseau. Au même moment, Chakuro, guidé par la mystérieuse Emma, entame un nouveau “voyage” : une plongée au plus profond de l’histoire de la “Baleine de glaise”…

Le quatrième tome se terminait par l’arrivée d’un vaisseau inconnu dont les occupants ne semblaient pas particulièrement sympathiques. Et en effet, Roxalito qui semble en être le chef se montre méprisant… bon, c’est sûr qu’il n’est pas accueilli de manière très conventionnelle puisque Suoh et quelques autres se présentent nus comme des vers. Mais même sans cela, il se présente en conquérant, il se montre imbu de sa personne, le parfait stéréotype du fils de noble, pourri gâté.
Pourtant, au fil des pages, un subtil changement s’effectue et en remerciement pour le repas, il partage ses connaissances du monde extérieur. C’était sympa de le découvrir sous forme de carte, même si elle était un peu petite et pas super lisible… je me suis bien abîmé les yeux dessus.

Je ne sais pas trop quoi penser de Roxalito. Je ne l’appréciais pas du tout au début, puis ça va mieux une fois qu’il a le ventre plein. J’aime bien la tournure que commence à prendre sa relation avec Suoh, s’il n’est pas aussi con que dans les premières pages, cela promet une belle amitié. À voire ce que donnera les prochains.
Si l’arrivée de Roxalito et ses hommes est l’événement le plus marquant, ce n’est pas le seul.
Orca, le frère de Lycos est jugé, mais d’une pirouette, il parvient à s’en sortir, ce qui n’est pas le cas de tous les protagonistes de l’affaire Skylos. Le bon point pour le chef des soldats est que son discours nous permet d’en apprendre davantage sur la civilisation apathoïa et notamment sur les Daïmanos On découvre également ce qu’est devenu Leodari.

Le dernier détail important et où j’en attendais beaucoup, peut-être trop, est la raison pour laquelle les ancêtres des enfants de la baleine ont été condamnés… on a droit à un semblant d’explication, ce n’est qu‘une introduction succincte et Emma nous promet la suite plus tard, n’empêche que pour le moment, c’est super décevant. Heureusement, une révélation de taille vient rehausser l’intérêt de ce tome : la raison pour laquelle la vie des marqués est courte sur Phaleina. Ce n’était pas une grosse surprise, j’en étais venue à la même conclusion, mais c’est toujours sympa d’en avoir confirmation.

Un cinquième tome que j’ai adoré. J’ai hâte de lire le sixième, mais ce ne sera pas dans les heures qui viennent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.