Néachronical, tome 1 : Memento Mori – Jean Vigne

Titre : Memento Mori
Saga : Néachronical, tome 1
Auteur : Jean Vigne
Éditeur : Chat Noir (Griffe sombre)
Nombre de pages : 301
Quatrième de couverture : Après avoir fait le mur pour aller à un rendez-vous nocturne, Néa, 15 ans, se réveille à demi-embourbée dans les marais locaux. Sur le chemin du retour, l’esprit embrumé, elle tente de rassembler des souvenirs qui lui échappent. D’autant plus qu’une fois chez elle, ses parents, sous le choc, lui apprennent que son absence a en fait duré plus de cinq ans.
C’est désormais une jeune femme qui doit reprendre sa vie là où elle s’était arrêtée, c’est à dire au lycée. Seulement, le fossé avec ses camarades se creusent de jour en jour, pas seulement à cause de l’âge, mais également parce qu’une série d’événements inexplicables la rend différente du lycéen lambda. Et du genre humain…

Je ne m’attendais pas à une telle lecture. Pourtant, il est bien classé dans la catégorie fantastique thriller sur Livraddict, mais je redoutais que le côté thriller soit quasiment inexistant, ce qui n’est pas le cas et c’est tant mieux !
Et puis la couverture est vraiment classe : un contraste étrange… à la fois jolie et dérangeante.

On découvre deux récits en parallèle :
Le personnage principal est Néa, une ado de 15 ans. Elle fait une fête de tous les diables en l’absence de ses parents, mais ils rentrent plus tôt que prévu, découvrent la catastrophe et punissent la demoiselle. Qu’à cela ne tienne, Néa n’en fait qu’à sa tête et fait le mur, le soir-même. Elle se réveille le lendemain matin près d’un marais, enfin c’est ce qu’elle croit, mais ne se souvient pas de sa soirée. Elle retourne donc chez elle et découvre que cinq années se sont écoulées, cinq années dont elle n’a aucun souvenir. Que lui est-il arrivé ? C’est ce qu’elle va chercher à découvrir.
On s’en doute assez vite avec le récit de Juliette, une jeune fille de 13 ans qui s’est fait enlever et reste séquestrée par ses ravisseurs. En lisant entre les lignes, on se rend bien compte que l’histoire des deux adolescentes est similaire sur certains points, elle diverge sur bien des détails.

Je vais commencer par le seul point négatif de ce roman : le personnage de Néa m’insupporte, surtout au début… elle est désagréable, égoïste, hypocrite, méprisante et méchante… quand elle traite sa mère, inquiète, d’animal de compagnie qui la suit partout comme un petit toutou, ça m’a donné envie de lui en claquer une (et c’est loin d’être le seul passage qui m’a fait cet effet). Je ne suis pas sûre d’avoir réussi à lui trouver une seule qualité, à part peut-être sa ténacité. On peut difficilement passer outre ses défauts, puisque les passages où elle tient le rôle principal sont à la première personne. Dis comme ça, ça ne donne pas envie de découvrir ce roman, mais finalement, ce n’est qu’un détail. Néa change progressivement à mesure des épreuves rencontrées, ça la fait grandir.

Ce qui fait que j’ai poursuivi ma lecture et mis un mouchoir sur l’insupportable héroïne, c’est la plume de l’auteur que j’ai adorée. Elle varie selon les situations : vive et cadencée lors des actions, parfois poétique pour les descriptions et passages plus calmes, angoissante et dérangeante quand on suit Juliette ou Bezan et ses acolytes, un brin ennuyeuse lors des scènes au collège, avec toujours cette fluidité entraînante qui a rendu cette lecture agréable.

Un début de lecture mitigé, puis au fil des pages, c’est devenu captivant sans que je ne me rende compte du changement. Finalement, j’ai adoré ce premier tome, il faudra que je me procure les deux suivants.

 

ABC Imaginaire 2021 – lettre V :
19/26

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.