Solo Leveling, tome 4 – Chu Gong

Titre : Solo Leveling, tome 4
Auteur : Chu Gong
Éditeur : Delcourt-Tonkam (KBOOKS)
Nombre de pages : 324
Quatrième de couverture : Lorsque d’étranges portails sont apparus aux quatre coins du monde, l’humanité a dû trouver une parade pour ne pas finir massacrée par les griffes des monstres des monstres qui en sortent. Dans le même temps, certaines personnes ont développé des capacités permettant de les chasser. Ces combattants intrépides n’hésitent pas à foncer au cœur des donjons pour combattre les créatures qu’ils abritent.

Une bonne partie de ce manga est consacrée au changement de classe de Sung Jinwoo. C’était chaud comme épreuve, mais il n’était pas non plus très doué… O.K., il a négligé de monter ses points d’intelligence, mais c’est pas pour ça que j’estime qu’il a merdé : pour l’épreuve de temps, il a mis une éternité avant de comprendre qui étaient véritablement ses adversaires.
Sans compter qu’à la fin du donjon, il a la surprise de découvrir qu’il ne peut pas choisir sa classe, elle lui est imposée et sans surprise, elle est très loin de ce qu’il espérait. C’était couru d’avance, n’empêche que j’ai bien ri.

Le deuxième événement marquant est l’arrivée du grand chasseur de rang S, Hwang Dongsoo qui compte bien venger la mort de son frère tué par Jinwoo et Jinho. Mais l’auteur se réserve la confrontation pour plus tard puisque ce qui occupe notre héros, c’est de prendre sous son aile une amie de sa sœur et qui comme par hasard est l’adolescente de rang E présente au dernier raid.
Il emmène son apprentie dans un donjon d’entraînement de faible niveau, mais cela se transforme en cauchemar quand le portail devient rouge…

Les dessins sont toujours aussi beaux. La colorisation ajoute vraiment un plus à l’histoire : que ce soit pour les effets lumineux, les différentes textures au niveau des armures (Igrit le sanglant aurait été moins impressionnant en noir et blanc).
L’histoire est simple et pourtant, ça me passionne. Ayant été gameuse, je vis les émotions en temps réel sachant la peur qu’on peut ressentir lorsqu’un boss plus fort que ton équipe apparaît à l’écran.
Je n’ai donc aucun mal à m’attacher et à m’identifier à Jinwoo, sans pour autant craindre pour sa vie puisque le dénouement des combats reste prévisible. Je finis par redouter la lassitude au niveau du schéma narratif : il rencontre un boss trop fort, il level-up, obtient un pouvoir trop cheaté et il gagne.
Pour l’instant, ce n’est pas le cas. Je prends du plaisir à suivre le héros dans ses raids et j’ai adoré ce manga. J’ai hâte de découvrir le prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *