Sorceline, tome 2 : La fille qui aimait les animonstres – Sylvia Douyé & Paola Antista

Titre : La fille qui aimait les animonstres
Saga : Sorceline, tome 2
Scénario : Sylvia Douyé
Illustrations : Paola Antista
Éditeur : Vents d’ouest
Nombre de pages : 48
Quatrième de couverture : Les élèves poursuivent leur stage de fantasticologie chez le professeur Archibald Balzar. Mais Sorceline est rongée par la culpabilité. En effet, comme elle pense être responsable des disparitions de ses camarades, elle peine à se concentrer en classe et perd toutes ses capacités. Il lui est alors de plus en plus difficile de cacher ses états d’âme surtout face à Alcide qui est un peu trop prévenant, Willa, trop curieuse, ou Mérode… décidément très étrange. Pourtant Sorceline n’est pas la seule à faire des cachotteries. Et d’ailleurs quand sonnera l’heure des révélations, personne ne sera épargné par la stupéfaction !

Quand j’ai vu le tome deux et trois de Sorceline à la médiathèque, je n’ai pas hésité un seul instant à les emprunter, parce que ça fait des mois que je zieutais la série et jusqu’à présent, je n’avais jamais vu plus d’un tome à la fois.

À la fin du premier tome, Sorceline est persuadée que c’est elle qui est responsable de la transformation de ses camarades en verre… une conclusion logique : chaque fois qu’elle a maudit quelqu’un, le terrible sort l’a frappé. Le seul à connaître cet atroce secret, c’est Mérode ce qui déplaît autant à Alcide qu’à Willa (mais pas pour les mêmes raisons).
Dans ce second tome, l’énigme fantastocologique qui accapare le professeur Balzar et ses stagiaires est celle d’un bébé dragon que les gentilles Lullabis ont attaqué. Étrange comportement…

J’avais adoré le premier tome, mais celui-ci est encore mieux. Les stagiaires ne sont plus que quatre et c’est appréciable parce qu’on a le temps de les découvrir eux et leurs talents secrets, de suivre leurs échanges et de les apprécier… ou pas.
L’histoire est prenante et j’ai eu la bonne idée de la lire d’une traite, donc pas de frustration… que du bonheur. Je ne pensais pas que le récit prendrait cette tournure, ni que le second tome serait mieux que le premier, pourtant, c’est le cas.

Les illustrations sont superbes, les couleurs harmonieuses. Les décors et les créatures fabuleuses sont magnifiquement dessinés. Je suis super enthousiaste, mais c’est parce que j’ai pris un plaisir énorme à m’arrêter sur chaque planche et à contempler les dessins.

C’est un coup de cœur pour cette lecture et je suis ravie de pouvoir lire rapidement le tome suivant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.