Léviathan, tome 1 – Shiro Kuroi

Titre : Léviathan, tome 1
Auteur : Shiro Kuroi
Éditeur : Ki-oon
Nombre de pages : 196
Quatrième de couverture : Au fin fond de la galaxie, le Léviathan, un immense vaisseau spatial, flotte à la dérive. Quand des pilleurs d’épaves s’y introduisent, ils découvrent le journal intime d’un collégien, Kazuma, relatant les événements qui ont eu lieu dans les entrailles du navire… À sa lecture, l’évidence s’impose : un survivant de la catastrophe se cache quelque part dans le dédale des ruines !
Des années plus tôt, le jeune Kazuma est en plein voyage scolaire vers la Terre. La fête tourne court quand des explosions d’origine inconnue détruisent une partie de la coque du vaisseau ! Voilà les passagers immobilisés au milieu de nulle part… L’adolescent et sa camarade Futaba surprennent alors une conversation entre leur professeur et un robot de maintenance : les réserves d’oxygène sont insuffisantes pour tenir jusqu’à l’arrivée des secours… Le seul espoir de survie est un caisson de cryogénisation niché au cœur du géant de métal. Or, il ne peut contenir qu’une personne… Malheureusement pour les élèves, l’enseignant comprend vite qu’il a été entendu. C’est le début d’une lutte sanglante pour préserver le secret !
Dans un décor angoissant dépeint avec une minutie extrême, Léviathan nous emporte dans un voyage au bout de l’enfer. Comment garder son humanité dans l’étendue glacée de l’espace ?

Ce manga m’a tapé dans l’œil quand je l’ai vu à la librairie : la couverture me plaisait bien et la tranche noire me faisait kiffer. Pourtant, je ne l’ai pas pris à ce moment-là.
Mais j’avoue que lorsque ma fille m’a demandé si je pouvais le lui prendre, je n’ai pas hésité plus de 3 secondes.

L’histoire est sombre et promet pour la suite : des pilleurs d’épave trouvent le Léviathan, un vaisseau disparu depuis un moment. Que s’est-il réellement passé ?
Ils le découvrent dans un journal écrit par Kazuma, l’un des passagers. Le Léviathan était chargé d’emmener des collégiens de Proxima du centaure jusqu’à la Terre, pour un voyage scolaire.
Malheureusement, quelque chose frappe le vaisseau à l’avant et à l’arrière. La situation est désespérée et le verdict sans appel : ils sont condamnés puisqu’il n’y a plus aucun membre de l’équipage, toutes les communications sont coupées et qu’il ne reste plus que 48h d’oxygène. Il n’y a qu’un seul moyen de survie… mais je n’en dirai pas plus pour éviter de spoiler.
Seules trois personnes l’apprennent : le professeur Sendo, et deux élèves Kazuma et Futaba qui ont écouté aux portes.

J’ai adoré l’ambiance que l’auteur instaure, sur bien des points, ça m’a beaucoup fait penser à Dragon Head : une atmosphère angoissante, un évènement inexpliqué qui génère du stress, un huis clos qui fait péter une pile aux personnages.
La grosse différence est que là, les héros de cette histoire n’ont qu’un seul espoir et s’ils apprennent la situation dans laquelle ils se trouvent, cela va s’envenimer.
Je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages ; en temps normal, cela m’embête, mais pas là, ça contribue à cette ambiance étrange, à ce sentiment d’angoisse qui m’a pris à la gorge tout au long de cette lecture et qui a rendu ce manga captivant.

Les dessins m’ont plu la plupart du temps : ce qui m’a dérangée, c’est leur inégalité. Parfois ils sont sublimes et aussi travaillés que Futaba sur la couverture, d’autres fois les traits des personnages sont plus grossiers au point que certains visages se ressemblent et se confondent.
Les textures sont impressionnantes et j’ai pris du temps pour les détailler. Il n’y a que dans les combats où ça pêche, enfin surtout lorsque les pillards essaient d’échapper à l’un des pièges du Léviathan.
Mais dans l’ensemble, c’est plutôt positif !

Cette lecture est un coup de cœur et j’ai hâte que le second tome paraisse pour pouvoir le lire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.