La déchéance d’un homme, tome 3 – Junji Ito & Osamu Dazai

Titre : La déchéance d’un homme, tome 3
Auteur : Junji Ito & Osamu Dazai
Éditeur : Delcourt-Tonkam (Seinen)
Nombre de pages : 208
Quatrième de couverture : Yôzô Ôba souffre énormément du regard que les autres portent sur lui et ne comprend pas le bonheur de son entourage. La solution qu’il finit par trouver pour s’en guérir : se transformer en bouffon. C’est ainsi que s’écoulent ses jours, à se vouer à ce rôle de clown empli de souffrance. « Extérieurement, le sourire ne me quittait pas intérieurement, en revanche, c’était le désespoir. »

C’est le troisième et dernier tome de cette saga. Et la situation empire pour Yôzô.
Il souffre de la tuberculose et se noie dans l’alcool, sauf que cela ne suffit pas et quand Hiroko, une pharmacienne veuve, lui vient en aide pour se désintoxiquer, elle a la bonne idée de lui offrir de petites doses de morphine… Inutile de préciser que c’était la pire idée qu’elle pouvait avoir : Yôzô ne respecte pas le dosage et se vautre avec délectation dans cette nouvelle addiction.
Il continue à faire de la merde, et ce sont une fois de plus les femmes autour de lui qui le paient de leur vie.

Franchement, j’ai cru et presque espéré que sa déchéance l’entraîne vers la mort, histoire qu’il puisse souffler un peu et le lecteur aussi par la même occasion, mais son frère lui offre une porte de sortie et il l’accepte… enfin une décision raisonnable ! C’est un miracle.
Si la première partie de ce manga n’était pas une surprise : devenir morphinomane était la dernière étape pour toucher le fond, personnellement j’avais parié pour l’opium.
En revanche, la seconde moitié de cette histoire m’a étonnée. Non pas parce que Yôzô se fait soigner, mais en raison de la rencontre qu’il y fait. Je tairai le nom de ce personnage, mais je ne peux m’empêcher de me demander si elle a également lieu dans le roman de Osamu Dazai. Je me dis que non, ce serait trop bizarre… tout aussi étrange que ça l’a été dans le manga, en fait.

Ce troisième tome était un peu moins angoissant que les précédents pour une raison toute simple : on associe ses visions à un début de sevrage donc de delirium puisqu’ils apparaissent quand il commence à être en manque. Du coup, ça fournit une explication rationnelle bien moins effrayante que la folie qui l’habite, lui et les personnes qui l’entourent.
J’ai bien aimé ce troisième tome, surtout la fin que j’ai trouvé particulièrement dérangeante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.