Télémaque, tome 4 : L’impossible retour – Kid Toussaint & Kenny Ruiz

Titre : L’impossible retour
Saga : Télémaque, tome 4
Scénario : Kid Toussaint
Illustrations : Kenny Ruiz
Éditeur : Dupuis
Nombre de pages : 68
Quatrième de couverture : Au sortir de la guerre de Troie, Ulysse est envoyé par les rois achéens vaincre les alliés de Troie. Il comprend alors qu’il sera toujours le jouet des caprices de ses belliqueux mais très puissants “amis”. Pour défendre son petit royaume d’Ithaque, il va devoir ruser. Lors de son long périple dans les mers obscures, il dérobe les vents divins à Éole et la magie à Circé, puis arrive en Phthie où il décuple les soldats mirmidons et usurpe le trône, devenant ainsi assez puissant pour défendre les siens.
C’est à ce moment-là que Télémaque, son fils, le retrouve. Il est accompagné de Polycaste, princesse de Pylos, de Personne, un cyclope érudit, et de Zéphyr, un jeune et intrépide vent de l’ouest. Mais il ignore que Lestrygons, cyclopes, sirènes et autres créatures impitoyables le poursuivent.
Dans sa quête, Télémaque n’est pas au bout de ses surprises… Et ce quatrième tome conclut en apothéose le cycle de la recherche d’Ulysse.

Bon ben ce n’est pas un tome final pour rien. Télémaque a retrouvé Ulysse qui lui raconte grosso modo les aventures traversées depuis son départ de Troie, surtout les parties manquantes : la colère de Néoptolème qui l’a poussé à faire des horreurs, lui a attiré les foudres de ses compagnons d’armes en les perdant en mer – je résume vraiment dans les grandes lignes, c’est un peu plus complexe que ça. Notre jeune héros est fâché et part sans avoir ramené Ulysse à la raison.
Donc la guerre éclate et ça part en latte. J’avoue que je suis bien incapable de préciser qui se bat contre qui, c’est spécifié et on n’a même une carte pour illustrer les différentes nations, mais je n’ai retenu qu’une bataille : celle des monstres contre tous les hommes ; c’est normal, les créatures mythologiques sont la meilleure des armées… et surtout celle qui m’éclate le plus.

C’est un tome qui est très chargé : de nombreuses révélations, des péripéties et dénouements surprenants, des moments amusants. On n’a pas le temps de s’ennuyer. Il y a un petit côté politique, mais tout ayant déjà été expliqué dans les précédents, on n’a plus qu’à se dépatouiller avec sa mémoire… ou tous les relire à la suite.
L’objectif initial de Télémaque était de retrouver son père et c’est chose faite, mais au fil des pages, son but change et celui de ses amis également : arrêter la guerre pour que les pères rentrent s’occuper d’eux. Or, ils n’entendent rien et préfèrent s’entretuer. C’est là qu’il y a une prise de conscience de la part de nos héros : leurs parents ont fait des erreurs, est-ce qu’ils ont vraiment envie de leur ressembler ? J’ai beaucoup aimé ce qu’il en ressort. Je pense que chaque ado devrait prendre du recul par rapport à ses ancêtres et se poser cette question… et toutes celles qui en découlent.
C’était surprenant parce que je ne m’attendais pas à une telle conclusion et maintenant je m’interroge sur Télémaque : est-ce qu’il était vraiment d’un naturel si stupide ou essayait-il simplement de se démarquer d’Ulysse l’homme aux mille ruses, et de son héritage ?

Les illustrations sont aussi chouettes que les tomes précédents, j’ai pris beaucoup de plaisir à m’y attarder. Il y a un contraste très net entre les vignettes présentant les héros de la guerre de Troie et leurs enfants : hormis le character design qui est plus mâture pour les adultes (des traits tirés, des yeux étriqués et éteints contrairement aux ados qui ont de grands yeux vifs, leur visage est davantage rond,…), il y a aussi une différence dans les couleurs (plus terne pour les vieux, plus vives pour les jeunes – c’est vrai que Zéphyr aide beaucoup à coloriser tout ça).

J’ai adoré ce quatrième tome. Et je suis un peu tristounette que cette épopée soit déjà finie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.