Le Conte des Parias, tome 5 – Makoto Hoshino

Titre : Le Conte des Parias, tome 5
Auteur : Makoto Hoshino
Éditeur : Doki Doki
Nombre de pages : 192
Quatrième de couverture : En cette fin du 19e siècle, deux êtres solitaires vivent chacun de leur côté dans un recoin de Londres, la grouillante capitale de l’immense Empire britannique. L’un est un diable, revenu de tout, qui n’attend plus rien de la vie ; l’autre est une petite orpheline enjouée malgré les terribles vicissitudes de la vie.
Puis un jour, leurs chemins se croisent et ces deux reclus décident de lier leurs destins et de partir à l’aventure…

Je dois bien avouer que je ne me souviens pas de la manière dont termine le quatrième tome. Du coup, quand j’ai commencé celui-ci, j’étais un peu perdue.

Marbas, Wisteria, Naberius et Diane arrivent enfin dans la région des grands lacs pour trouver un autre fléaux, Sytry. Ce dernier souhaite échanger la vie de Snow contre le contrat de Wisteria. Bien entendu, elle refuse de se séparer de Marbas.
Ni une ni deux, nos héros repartent sur Londres pour sauver le frère de Wisteria qui est aux mains du puissant diable Dantalion et Luther, un de ses anciens camarades. C’est également le début du combat titanesque entre les diables et l’ordre de l’épée.

Je n’ai pas grand-chose à dire sur ce cinquième tome. En fait, rien ne me vient donc je vais passer en revue les points habituels en espérant que ça m’inspire.
Les dessins sont moins beaux que dans les précédents. Ce n’est pas que c’est moche, mais c’est pas terrible et la différence m’a frappée.
L’histoire n’est pas terrible : ils arrivent enfin à la destination souhaitée depuis quasiment le début… et y restent à peine quelques pages avant de revenir à leur point de départ. C’est énervant, leur voyage perd tout son sens.

De nouveaux personnages prennent plus de place dans le récit : Luther a bien changé depuis la guerre afghane avec Snow, Sytry m’a un peu saoulée, je n’aime pas Dantalion qui est bien en-deçà de ce que laissait supposer les tomes précédents, Holmes est aussi fort en déduction que d’habitude même si sa supposition était évidente ce qui rend le grand maître de l’ordre de l’épée complètement idiot.

Je ne m’attendais à rien en le commençant, j’espérais juste pouvoir passer un aussi bon moment que lors des précédents… ce n’est pas le cas. Je me suis ennuyée, c’est une déception.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.