Blue Period, tome 03 – Yamaguchi Tsubasa

Titre : Blue Period, tome 03
Auteur : Yamaguchi Tsubasa
Éditeur : Pika (Seinen)
Nombre de pages : 192
Quatrième de couverture : À deux mois des concours d’admission, le niveau monte, et Yatora se sent bloqué par son manque d’expérience. Heureusement, Mme Saeki, sa professeure du club d’Arts plastiques, Mme Ooba, qui le suit en cours de prépa, et Mori sont là pour le soutenir et lui ouvrir les yeux. Galvanisé, le jeune lycéen se lance alors dans la réalisation d’une toile aussi grande que celle que Mori avait utilisée pour son tableau des anges. Sa rage de peindre aura-t-elle raison de l’entreprise colossale dans laquelle il s’est lancé ?

Je n’étais pas très motivée pour lire ce troisième tome, pas de raison particulière à ça, mais je n’avais pas la forme pour un manga “pédagogique”.
Pourtant, je ne me suis pas écoutée et j’ai bien fait, ça m’a un peu fait oublier ma morosité… bon pas des masses parce que ce n’est pas forcément très gaie comme série : si Hashida est optimiste et pas prise de tête, Yatora se fout quand même salement la pression, donc ça n’est pas vraiment idéal pour se changer les idées… quoique, il y a eu un moment de plénitude où notre héros a réussi sa toile, mais il s’est reposé sur ses acquis. Très mauvaise idée et ça s’est ressenti sur les remarques de Mme Ooba.

L’autrice est parvenue, une fois de plus, à me surprendre. Jusqu’à présent, on a vu pas mal de techniques différentes, cette fois les artistes en herbe doivent s’essayer à l’adaptabilité. Il ne nous est pas exactement expliqué ce que c’est mais on en comprend grosso-modo le sens. Ils doivent travailler sur un thème dont le sujet est aussi vaste que flou pour certains, genre “ce qui est précieux à mes yeux“… et tout ça, sans modèle.
Finalement, c’est plus compliqué pour Yatora qui multiplie les difficultés en se laissant dans une peinture 100F comme celle qu’avait faite Mori et qui l’a lancé dans les arts.
Et quand il croit maîtriser l’adaptabilité, tout est remis en question et il est poussé vers de nouveaux horizons : les outils. Le pinceau n’est pas le seul instrument pour peindre.

Je regrette deux choses :
– Yatora s’enferme dans son travail, à part ses expériences de peinture, on voit moins les autres personnages et il sort moins, difficile de s’ouvrir au monde et de pêcher de nouvelles idées.
– Ayukawa ne va pas bien, on ignore ce qu’il a et Yatora ne s’en préoccupe pas, persuadé que c’est encore une histoire d’amour foirée et même quand il fait le trajet avec lui jusqu’à l’école de Mori, il ne prend pas la peine de s’inquiéter pour son “ami”.

J’ai bien aimé ce troisième tome et je me demande ce que nous réserve par la suite l’auteur. Est-ce qu’on ne va pas commencer à tourner en rond ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.