Boys run the riot, tome 1 – Keito Gaku

Titre : Boys run the riot, tome 1
Auteur : Keito Gaku
Éditeur : Akata (L)
Nombre de pages : 224
Quatrième de couverture : Ryo, assigné femme à la naissance, se sent mal dans son corps et l’identité de genre qu’on cherche à lui imposer. Refusant de porter son uniforme de fille, il essaie autant que possible de se rendre au lycée en tenue de sport. Mais quand un nouvel élève débarque, son destin change ! Malgré le look de « voyou » de ce dernier, ils découvrent qu’ils partagent la même passion pour la mode. Aussi, passé un premier contact difficile, ils décident tous les deux de se lancer dans un grand projet : créer, ensemble, une marque de vêtements avec pour rêve et revendication de pouvoir s’affirmer et s’exprimer en dehors de ce que la société essaie de leur imposer !

J’ai acheté ce manga pour ma fille parce qu’un des sujets abordés est la transidentité et que pour elle comme ses amies, c’est une préoccupation dans leur vie quotidienne,ça m’a paru comme une évidence de le lui prendre.
Je vais essayer de résumer sans faire d’impair, mais si je m’exprime mal par rapport aux questions de sexe, de genre, etc, je m’en excuse par avance.

Ryô est assignée fille à la naissance, mais iel se sent l’âme d’un garçon. Son uniforme lui pose problème, et il passe son temps en jogging. Personne ne le considère comme un garçon et ses camarades ne comprennent pas son ressenti, surtout qu’il se met en retrait et n’exprime pas ses sentiments. Tout change le jour où un nouveau arrive en classe : Jin Sato. Il a une dégaine de délinquant et a déjà redoublé. Les deux garçons finissent par sympathiser grâce à leur intérêt pour le même type de fringues, une passion pour Jin, un moyen de se sentir bien pour Ryo. Ils décident alors de monter leur propre boîte de vente de vêtements. Ryo en est le designer, Jin s’occupe du reste. Leur duo est une force libératrice qui va emporter d’autres personnes dans leur sillage, notamment Itsuka, élève introverti du club de photographie.

En ce qui concerne les personnages, j’ai eu du mal au début avec Ryô : le fait qu’il fuit et se cache me l’a rendu indifférent. Par la suite ça s’améliore.
Par contre, j’adore Jin. Il est un esprit libre, mais surtout, il est lui-même et incite les autres à se dévoiler tels qu’ils sont. J’ai redouté et je crains toujours qu’il soit hypocrite ou qu’il manipule ses potes pour parvenir à ses fins… la suite devrait m’éclaircir sur ses intentions ou dissiper mes doutes.

Les dessins sont spéciaux, un brin classiques tout en étant différents… je n’arrive pas à l’expliquer, mais ça me laisse une sensation d’étrange. Les décors sont très chouettes et le graffiti que Ryô fait au début m’a bluffée (oui, c’est lui que j’ai choisi comme image ci-dessus).
Le début ne m’a pas convaincue, la suite est bien plus intéressante et je prendrai assurément le second. J’ai beaucoup aimé ce premier tome.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.