To your eternity, tome 01 – Yoshitoki Oima

Titre : To your eternity, tome 01
Auteur : Yoshitoki Oima
Éditeur : Pika (Shônen)
Nombre de pages : 190
Quatrième de couverture : Un être immortel a été envoyé sur Terre. Il rencontre d’abord un loup puis un jeune garçon vivant seul au milieu d’un paysage enneigé. Ainsi commence le voyage de l’Immortel, un voyage fait d’expériences et de rencontres dans un monde implacable…

Je n’ai qu’un mot à dire sur cette lecture : Waouh ! Pourtant le début n’annonçait rien de transcendant.

Quelqu’un… une force supérieure… a déposé sur terre une boule… qui progressivement se transforme en pierre, puis en mousse, puis en loup blessé. Heureusement, on finit presque par oublier ce prologue fort étrange.
Le loup erre un temps puis trouve enfin une maison et surtout celui qui fut son maître ou son ami. L’adolescent vit seul au milieu de nulle part, sur une terre gelée. Il habite dans un village, mais tous les habitants l’ont abandonné ainsi que tous les vieillards afin de trouver un endroit moins difficile où vivre. Maintenant que le garçon a retrouvé son compagnon à quatre pattes, il décide de suivre les traces des villageois.

Je ne m’attendais pas à ce que l’histoire prenne une telle tournure. C’était triste, gore, dur, et angoissant. Je pensais que le duo resterait ensemble pendant plusieurs tomes et que le récit tournerait autour de leur amitié, de l’évolution de Joan au contact du jeune homme, mais ce n’est pas le cas. C’était pour le moins surprenant.
J’ai autant aimé les passages avec le gamin des glaces que ceux avec March ou Palona. Pour le moment, j’ai apprécié tous les personnages et aucun ne m’a déplu, pas même celle qui est chargée du sacrifice.

Les dessins sont superbes. J’ai pris un plaisir fou à les détailler. Certaines vignettes m’ont laissée un goût d’étrangeté : les poses de la créature sont inhumaines, dérangeantes, grotesques… En fait, le plus impressionnant est que cette lecture m’a fait passer à travers tout un panel d’émotions allant de la sérénité, à l’attachement, à la tristesse, au dégoût, à la colère et j’en passe… et c’est passé aussi bien par les dessins que par le récit.

C’est un coup de cœur pour ce premier tome qui m’a captivée au point qu’il a été difficile de m’interrompre pour la nuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.