Blue Period, tome 04 – Yamaguchi Tsubasa

Titre : Blue Period, tome 04
Auteur : Yamaguchi Tsubasa
Éditeur : Pika (Seinen)
Nombre de pages : 192
Quatrième de couverture : À un mois de l’examen d’admission de Geidai, Mme Ooba, la professeure à la prépa d’Art, pointe du doigt les faiblesses de Yatora. Un coup dur pour le jeune garçon qui se donne corps et âme pour réussir. À quelques semaines d’affronter la première épreuve du concours tant redouté, il perd complètement pied. La douleur et la peur le paralysent. Mais il est encore temps de tirer les enseignements de ce passage à vide et de résister au renoncement…

Comme le troisième tome de Blue Period m’avait moins plu que les deux premiers, je n’étais pas très motivée pour lire celui-ci.
Les cours de prépa se poursuivent et le premier examen pour entrer à Geidai approche à grands pas. Yatora continue à bosser un max et à travailler sa technique, mais ça a ses limites. Il doit modifier sa façon d’interpréter l’adaptabilité : il ne doit pas créer en fonction de ce qu’attend ses profs ou son examinateur, il doit se lâcher et s’amuser en dessinant, comme à ses débuts. Sauf que la pression et l’entraînement sont tels que notre héros a bien du mal à se détendre.
Puis vient le jour de la première épreuve. Par contre, il faudra lire le prochain pour savoir qui l’a réussi.

Ce quatrième tome est moins technique que les précédents, mais touche davantage à l’humain et j’ai adoré ça. Ça a rendu le récit bien plus intéressant.
Ainsi, on découvre la face cachée de Maki Kuwana et les relations conflictuelles qu’elle entretient avec sa sœur. Quant à Yatora, il doit retrouver son âme du début pour avancer et s’améliorer. Dans la même vague, on découvre les projets de Koi.
L’accent est mis sur certains personnages secondaires. Jusqu’à présent, je les trouvais assez vides, mais ce quatrième tome me les a fait voir différemment et les a rendu attachants.

Les dessins sont toujours aussi sympathiques. On a un peu moins de peintures d’élèves de Geidai, mais il y a une œuvre marquante : celle que rend Yatora pour la première épreuve. Je m’y suis attardée, mais je ne sais pas trop quoi en penser : elle est impressionnante, mais je ne sais pas quoi en penser, impossible de me faire un avis dessus.
J’ai adoré ce quatrième tome et j’ai hâte de lire le suivant qui est dans ma PàL.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.