Sorcières sorcières, tome 6 : Le mystère des enfants disparus – Joris Chamblain & Lucile Thibaudier

Titre : Le mystère des enfants disparus
Saga : Sorcières sorcières, tome 6
Scénario : Joris Chamblain
Illustrations : Lucile Thibaudier
Éditeur : Kennes
Nombre de pages : 48
Quatrième de couverture : Miette et Harmonie se préparent pour leur rentrée à l’école de magie: la première entre à l’école préparatoire tandis que la seconde entre au collège. Mais à peine Miette est-elle rentrée de sa première journée de cours qu’elle disparaît, ainsi que deux autres élèves de sa classe. Mais où sont donc passés ces enfants ? C’est un nouveau mystère qu’Harmonie va devoir résoudre !

Je ne sais pas trop par où commencer ni même si ma chronique va être longue, alors je vais commencer par un résumé de mon cru :
Miette entre enfin en primaire. Le jour de la cérémonie d’accueil de rentrée, son oncle qui doit ramener une vingtaine de livre de magie y assiste. La première journée se passe bien pour Miette et ses camarades, mais le soir, la fillette disparaît avec sa meilleure amie tandis qu’elles s’entraînent ensemble. Elles sont loin d’être les seules à s’évanouir mystérieusement dans la nature… enfin dans leur chambre plutôt.
Il n’en faut pas plus pour titiller la curiosité de Nini qui se met à enquêter.

J’ai adoré ce sixième tome. J’y ai retrouvé l’ambiance qui me plaisait bien dans les premiers. On revoit Norbert et sa copine (j’ai un trou sur son nom) à qui je m’étais particulièrement attachés. L’histoire se situe à nouveau dans le village, au sein de l’école notamment. On découvre la légende de la première baguette magique, racontée par Lyra Gora. Tout cela a renforcé mon sentiment de bien-être, d’être revenue au commencement de cette chouette aventure.

Miette et Harmonie étant séparées dans ce tome, leur lien commence à se défaire, ce qui est normal puisque la benjamine est plus occupée maintenant qu’elle est en primaire. Est-ce que ce n’est qu’une impression de ma part ou est-ce que le prochain confirmera mon intuition ?
Les dessins sont aussi chouettes que d’habitude, les couleurs également. L’arbre Lyra est super bien fait, un peu à la Pocahontas. Quant aux décors, ils sont beaux, je me suis attardée sur certaines vignettes, notamment les paysages nocturnes.

J’ai adoré cette lecture, pourtant, je n’ai pas grand chose à en dire, ce qui est frustrant parce que j’ai l’impression de ne pas avoir réussi à transmettre ce qui m’a tellement plu dans ce sixième tome. Donc je vais m’arrêter là et attendre que le septième sorte… ou pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.