U.C.C. Dolores, tome 1 : La trace des nouveaux pionniers – Didier Tarquin & Lyse Tarquin

Titre : La trace des nouveaux pionniers
Saga : U.C.C. Dolores, tome 1
Auteurs : Didier Tarquin & Lyse Tarquin
Éditeur : Glénat (Grafica)
Nombre de pages : 48
Quatrième de couverture : C’est un grand jour pour sœur Mony. À 18 ans, il est temps, pour cette orpheline recueillie à la porte du couvent des Nouveaux Pionniers, de quitter le nid et de trouver sa voie. Mais à peine propulsée dans le monde extérieur, voilà que la jeune fille découvre être l’héritière du UCC Dolorès, un croiseur de guerre de l’armée confédérée ayant appartenu au général Mc Monroe, de sinistre mémoire ! Incapable de manœuvrer un tel engin, la candide Mony se met en quête d’un pilote et « trouve » Kash, vétéran taciturne et désireux de changer de vie. Ensemble, ils prennent la direction de la Frontière aux commandes du Dolorès, un vaisseau au passé mystérieux !

Je n’étais pas très motivée pour lire cette bande-dessinée : la couverture a un fort côté western futuriste qui ne me plaisait pas. Ben… elle est trompeuse. C’est en effet une histoire de science-fiction, mais on est loin des films du far west.

Mony est une orpheline, sœur de l’église des nouveaux pionniers. À ses 18 ans, elle doit quitter l’établissement qui l’a vu grandir. En guise d’héritage, elle reçoit un coffret. En l’ouvrant, elle trouve une clé de consigne qui la mène au vaisseau l’U.C.C. Dolores. Elle cherche un pilote dans les bas-fonds, puis la voilà lancer vers de nouveaux horizons, à la recherche d’un but. Mais c’est sans compter la réputation du vaisseau de guerre dont a hérité notre héroïne et qui lui posera bien des soucis.

Ce fut une agréable surprise. J’ai été happée par l’histoire et je ne m’y attendais pas. Les dessins sont superbes, les décors ont participé au grandiose de cette aventure, que ce soit des paysages urbains avec ses grands buildings et ses quartiers malfamés, les confins de l’univers avec son ciel étoilé et ses pluies de météorites, des panoramas plus naturels.
Ça n’aurait pas dû m’étonner puisque le dessinateur est Tarquin, illustrateur de Lanfeust de Troy… d’ailleurs, on reconnaît bien sa patte dans le character design de Mony.

Les personnages sont sympathiques. Mony est sacrément naïve, mais ça ne m’a pas trop dérangée parce que Kash est là pour l’orienter dans ses choix. Il a les pieds sur terre et se montre aussi patient que pédagogue avec elle. Une question reste en suspens : que cache-t-il ?
On peut également se poser la même question pour Tork… j’avoue que sa ressemblance sur la fin avec Wolverine m’a amusée, découvrira-t-on son apparence d’ici à la conclusion de cette saga ?

J’ai passé un excellent moment, j’ai adoré cette lecture. J’espère pouvoir me procurer la suite un de ces quatre – ce serait frustrant de s’arrêter là.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.