Le souper des maléfices – Christophe Arleston

Titre: Le souper des maléfices
Auteur: Christophe Arleston
Éditeur: ActuSF
Nombre de pages: 377
Quatrième de couverture: Zéphyrelle se voit confier sa première mission par le dynarque de Slarance : démasquer les trafics d’un duc-marchand qui empoisonne lentement la cité. Une dangereuse enquête qui la conduit du monde haut en couleurs des quais et des tavernes à matelots jusqu’aux plus feutrés des cabinets du pouvoir. Mais l’intervention inattendue d’un cuisinier amoureux et de son grimoire de recettes magiques va compliquer l’affaire…
Des personnages attachants, une aventure captivante et la touche d’humour propre à l’auteur de Lanfeust de Troy : Soupers et Maléfices est un roman qui se dévore avec passion.

J’ai commencé cette lecture fin du mois de mars, j’avais super bien avancé puis je l’ai mise en pause une fois arrivée au dernier quart pour pouvoir avancer dans mon challenge Tournoi des 3 sorciers. M’arrêter a été une vraie torture tant ce roman est entêtant.

Deux personnages se croisent et s’entrecroisent.
Zéphyrelle, jeune agent, se retrouve au poste d’espionne pour le compte du dynarque (souverain) Ib Morkedai dont tous les agents ont été assassinés alors qu’ils enquêtaient sur l’apparition d’un blé pauvre et responsable d’addiction à cette céréale, mais également de morts étranges. Zéphyrelle est chargée de poursuivre discrètement les investigations, ce qu’elle fait grâce à de nombreux et fréquents déguisements. Sa route croise plusieurs fois Fanalpe, cuisinier du duc Plucharmoy. Le jeune homme semble s’intéresser particulièrement au blé, faisant le tour des moulins en quête de blé sain… À moins que ce ne soit pour vérifier que le blé pauvre et stérile a complètement remplacé le bon.

Il n’y a qu’un point qui m’a laissée perplexe, c’est le fait que Zéphyrelle revêt costumes après costumes… D’où ils viennent ? Aucune idée, mais elle peut passer du ramoneur à la vieille dame à livreur, à page, etc. sans soucis et ce, en moins de temps qu’il ne faut pour dire ouf. À un moment, une explication est vaguement donnée sur la manière dont elle s’y prend (le passage avec le béret) mais ça ne m’a pas convaincue.
À part ce détail qui m’a fait grincer des dents, j’ai adoré l’univers. Parfois, j’ai eu l’étrange sensation de me retrouver dans une ambiance similaire à celle du cycle d’Alamänder, c’était assez perturbant parce que je m’attendais à ce que le gobelin surgisse au détour d’une page, mais ce ne fut heureusement pas le cas.

Je me suis attachée sans aucun problème aux personnages principaux : Zéphyrelle est aussi astucieuse qu’intelligente ce qui ne l’empêche pas de se tromper dans ses déductions. Fanalpe est sympathique et passionné par son métier, ça me donnait presque envie de réaliser ses recettes, par contre, avec Fiollula, c’est une andouille finie. Ib Morkedai est un génie, ses déductions tombent justes, et j’ai adoré lire ses explications – ses rares dialogues avec Nuchet m’ont fait triper. J’ai également apprécié le grand Gunfron, sa façon d’être, ses relations sociales… directes et rafraîchissantes.

L’histoire est rondement menée. Des pistes sont lancées de-ci de-là. Elles ne sont pas particulièrement difficiles à trier, à séparer ou à suivre, elles ne sont pas non plus prévisibles, mais c’est surtout que tout s’emboîte parfaitement bien et j’ai trouvé ça génial… du grand art.
Bref, j’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman et c’est indéniablement un groooos coup de cœur.

Challenge Tournoi des 3 Sorciers :
Expelliarmus (Sortilèges – 5ème année) – Un livre dont vous vous êtes séparés après l’avoir lu – 50 points

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *