Viking kått, tome 1 : Les ancêtres oubliés – David Quills

Titre : Les ancêtres oubliés
Saga : Viking kått, tome 1
Auteur : David Quills
Éditeur : AFNIL
Format : E-book
Nombre de pages : 272
Quatrième de couverture : Grâce aux nouvelles technologies, un chat revit les aventures de l’un de ses lointains ancêtres. À cette époque reculée, ce ne sont pas de simples chats, mais des Kåtts de culture Viking, capables de se mouvoir comme des humains.Son aïeul, Onzi, alors âgé de 16 ans, rêve de partir en exploration avec sa fratrie dans les mers du Nord. Grâce au légendaire Tournoi des Coussinets organisé en l’honneur du nouveau Jarl Ragnoll, une occasion rêvée de remporter un drakkar flambant neuf se présente à eux. Ils ne négligeront aucun effort pour obtenir la récompense et prendre le large, mais y parviendront-ils ?

Je ne sais pas trop quoi dire sur cette lecture. Le début a pris une tournure inattendue, le reste moins.

On est en 2080, Thomas a droit à un cadeau d’anniversaire. Il opte pour deux jeux utilisables sur son casque de réalité virtuelle. L’un des jeux est semi-éducatif et s’appelle : Les ancêtres oubliés. Il est censé lui permettre de découvrir ses ancêtres jusqu’à -4000 avant JC. Il se prépare à l’essayer, mais il est l’heure de partir fêter en famille et c’est son chat qui, par accident, se retrouve plonger dans l’aventure à l’époque des Viking Kått.
Onzi et son équipe participent au tournoi des Coussinets et donnent leur maximum pour remporter la première place : le prix est un drakkar, ils pourraient ainsi partir vers l’inconnu à la recherche de trésors.

J’ai trouvé la transition entre 2080 et l’ère des Viking Kått trop abrupte. Et honnêtement, la partie futuriste n’amène rien à l’histoire : on ne revient même pas dessus par la suite.
Le tournoi des Coussinets est sympathique et a permis de découvrir chaque personnage :
– les jumeaux Borri et Dyri passent leur temps à se disputer et à faire des conneries. Ils sont amusants, mais en font souvent trop.
Gryda adore manger et raconter des récits d’aventure. Les deux qu’elle conte à la suite ne m’ont pas convaincue de ses talents.
Onzi a beaucoup de qualités. C’est un meneur, il pousse les autres à avancer, il est réfléchi, il est sympa, mais je n’ai pas accroché.
Magnar est de loin mon préféré. J’ai aimé son attitude, sa douceur autant que sa force. En fait, j’ai trouvé que c’est celui qui est le mieux développé, on sait ce qu’il aime, il est partagé entre son désir de cuisiner et ses talents de sportifs, on connaît ses sentiments pour Frida.

J’ai grandement apprécié la plume de l’auteur qui est fluide et agréable. Ça s’est lu tout seul.
Au niveau de l’histoire, je pense que ce n’était pas assez sombre à mon goût, trop jeunesse : il y a beaucoup de passages de jeux (aux noms imprononçables, donc je ne me risquerai pas à les écrire) que ce soit le tournoi, le jeu de balle qui les départage les deux numéros 1, les jeux de boissons (c’est pas très jeunesse, ça) ou de plateau…
J’ai nettement préféré la partie où ils partent en mer, mais c’est genre les trois derniers chapitres et tout s’arrête soudainement au meilleur moment.
C’est une lecture qui m’a laissée indifférente. Dommage.

Coupe des 4 maisons :
Expecto Patronum (2ème année) – le premier livre publié d’un auteur 20 points

ABC 2022 – Lettre Q

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.