Feuilles d’Automne – Adeline Yen Mah

Titre : Feuilles d’Automne
Autrice : Adeline Yen Mah
Éditeur : France loisirs
Nombre de pages : 300
Quatrième de couverture : Shanghai, dans les années 30, est encore une cité coloniale, prospère et animée. C’est là que les époux Yen, fuyant l’avancée des troupes japonaises, ont choisi de s’établir avec leurs quatre enfants. Là que l’entreprise familiale prend l’essor qui fera de M. Yen l’un des industriels les plus riches de Chine. Soudain, en 1937, Mme Yen meurt, quelques jours après avoir donné naissance à une petite fille : Adeline. Le chagrin de son père est de courte durée : il se remarie à une séduisante franco-chinoise, Niang, femme futile et vaniteuse, avide de mondanités, qui ne cache pas son mépris pour les enfants nés du premier lit. Mais c’est à Adeline, considérée comme responsable de la mort de sa mère, que Niang réserve les trésors de sa cruauté. Adeline, qui devient le bouc émissaire de toute la famille. En 1947, redoutant le péril communiste, la famille Yen s’exile à Hong-Kong. Adeline ne fait pas partie du voyage. Placée dans un orphelinat, elle est privée de visites et de courrier. C’est dans cette prison, pourtant, qu’elle va découvrir la clé de son existence : les livres…

Ça doit être un des plus vieux romans que j’ai dans ma bibliothèque. Ma maman me l’avait offert parce que j’étais dans une phase “films et bouquins chinois”. Je n’avais pas pris le temps de le lire à l’époque parce que la période que cette autobiographie couvrait ne m’intéressait pas : la seconde moitié du XXième siècle avec l’invasion par les Japonais, l’avènement du communisme, la Chine de Mao et la Révolution Culturelle.
Maintenant, je suis beaucoup moins réfractaire à ces temps mouvementés.

C’est un récit qui est très dur, le début m’a beaucoup fait penser à Vipère au poing.
On découvre l’histoire de cette famille chinoise : peu après la naissance de la narratrice, sa mère meurt. Le père, aidé par ses parents et sa sœur, élève ses cinq enfants. Bientôt, il se remarie avec une belle et jeune femme. Malheureusement pour la famille, elle est horrible : méchante, jalouse, radine… à un point, c’est abusé. Le père est  tellement amoureux qu’il ne voit rien, ferme les yeux et encourage même son attitude inecte.
Ils traversent les événements historiques non sans heurts, entre ceux qui doivent fuir les Japonais et s’exiler à Hong Kong pour préserver les biens familiaux, ceux qui restent en Chine et subissent les affres d’un régime communiste de plus en plus dur, ceux qui partent à l’étranger pour des études.
Mais peu importe ce que chacun fait pour s’en sortir, tout tourne toujours autour de Niang, la belle-mère, qui régit la vie de tous : du pauvre grand-père Yeye à la gentille tante Baba jusqu’aux domestiques qu’elle tient sous sa coupe et notamment la gouvernante Mlle Qian.

J’ai eu du mal à avancer parfois, parce que c’est un roman très dense que ce soit au niveau historique (j’en ai déjà parlé plus haut, donc je n’en reviendrai plus dessus) ou des personnages. Vu le nombre qu’ils sont dans cette famille, il y a de quoi s’y perdre…
L’autrice passe d’une date à une autre, au début c’est relativement bien fait, mais au fil des ans, elle a fini par me perdre et je ne savais plus à quel moment de sa vie elle en était. C’était un peu frustrant.
Je me suis attachée à Adeline et aux proches qui l’entouraient et surtout qui l’aimaient.
J’ai adoré cette lecture qui m’a prise aux tripes.

Coupe des 4 maisons :
Cho Chang (7ème année) – un livre dont le héros ou l’héroïne est asiatique 70 points

ABC 2022 – Lettre Y

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.