Enola & les animaux extraordinaires, tome 5 : Le loup-garou qui faisait d’une pierre deux coups – Joris Chamblain & Lucile Thibaudier

Titre : Le loup-garou qui faisait d’une pierre deux coups
Saga : Enola & les animaux extraordinaires, tome 5
Scénario : Joris Chamblain
Illustrations : Lucile Thibaudier
Éditeur : la Gouttière
Nombre de pages : 32
Quatrième de couverture : Un beau matin, une mère se présente au Muséum afin de rencontrer Enola et de lui demander son aide pour son fils, Niels. La jeune vétérinaire se retrouve bien embêtée puisqu’elle ne possède aucune connaissance sur le cas exposé : les loups-garous. Enola accepte tout de même de rencontrer le jeune adolescent, afin de voir comment elle pourrait soulager ses transformations à chaque nouvelle pleine lune. Une nouvelle mission où Enola et Maneki se sentent démunis même à force de recherches. L’aide d’Archibald sera primordiale…

J’aime bien la saga Enola & les animaux extraordinaires, mais chaque fois que je veux écrire une chronique sur l’un des tomes, c’est la croix et la bannière. Les mots me viennent difficilement.

Cet épisode est légèrement différent des autres parce que le loup-garou dont il est question n’est pas blessé, c’est juste un adolescent qui vit très mal le fait de se transformer… alors on sait qu’à 15 ans, c’est déjà difficile de s’accepter et de se faire aux changements physiques… mais là, c’est encore pire. Donc la demande d’aide de la cliente ne correspond pas trop à ce qu’Enola fait d’habitude. Mais elle finit par accepter de rencontrer le lycanthrope, comme elle ne connaît rien de ces créatures, c’est l’occasion de les découvrir.

J’ai trouvé que le personnage d’Enola faisait plus grande, plus mâture que ce soit au niveau de son apparence physique ou de sa manière de réagir, d’appréhender les problèmes et de résoudre les problèmes. C’était intéressant de voir une telle évolution.
On en apprend davantage sur le professeur Archibald ; jusqu’à maintenant, il n’avait pas une grande importance dans l’histoire, juste un mentor occasionnellement présent au début et/ou à la fin, quand il apparaissait. Je ne peux malheureusement pas en dire plus sans spoiler. Avec mon flair, j’ai rapidement deviné son secret dès que j’ai revu sa tête, c’était bizarre comme une illumination.

Les dessins sont aussi sympas que d’habitude. J’adore le character design des créatures extraordinaires : le kappa est trop mignon. Les loup-garous ont la classe, ils sont impressionnants, un brin effrayants et beaux.
J’ai adoré cette lecture : non seulement, c’était plaisant, prenant mais c’était surtout intéressant : on s’attarde sur des détails qui rendent les personnages encore plus attachants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.