Pixel Museum

C’est pas parce qu’on est en vacances et qu’on ne part pas qu’il faut glandouiller. On a donc profité de la visite d’amis pour se rendre au Pixel Museum, situé à Schiltigheim à une petite demi-heure à pied de chez moi.
Le Pixel Museum, c’est quoi ?
Le premier musée permanent dédié aux jeux vidéos.

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre mais pas à ça, c’est sûr : j’ai été agréablement surprise de découvrir le travail de mémoire effectué, sans compter la récolte d’ancien matériel qui a dû être très difficile à réunir.
Le sens de la visite est numéroté par level, de 1 à 6. Le premier niveau nous fait remonter jusqu’à 192? – si mes souvenirs sont bons – avec les premières télés et le premier jeu inventé par des scientifiques pour passer le temps : une espèce de Pong.

Au fil de notre avancée, on découvre des salles remplies de vitrines abritant les premières consoles sorties vers le milieu des années 1970 – des engins massifs et probablement tellement lourds qu’ils n’étaient pas transportables. Certains sont agrémentés d’anecdotes amusantes comme c’est le cas pour les Seb, vendues au rayon ustensiles de cuisine… à ce demander s’il y a eu des erreurs d’achat.
Puis on est arrivé aux étagères qui nous intéressaient le plus, principalement parce qu’en ce qui concerne les plus vieux, ça nous rappelait des souvenirs – personnellement, je n’ai pas connu les Atari, personne dans mon entourage n’avait les moyens de se les payer ; ça devait être les premières avec des cartouches de jeux, les précédentes avaient les jeux intégrés dans leur système.

Puis j’ai eu le plaisir de revoir les ordinateurs Amstrad – quand j’étais petite, avec les sous reçus pour ma communion, je m’en étais acheté un : l’Amstrad CPC464 (cf image ci-dessous). On avait opté pour ce PC pour deux raisons :
– on désirait dessiner des figures par le biais de commandes basiques : je ne vous raconte pas les commandes, pour réaliser un pauvre trait, c’était un truc genre vingt lignes à écrire et à la moindre erreur, ça ne fonctionnait pas ; vu qu’on n’a jamais réussi à en dessiner une seule, on devait en faire des fautes, à moins que les indications données dans le manuel soient bancales ce qui est également une option.
– ça nous offrait également la possibilité de jouer à des jeux cassettes : oui, le même format que celle qu’on écoutait, qu’il fallait rembobiner, etc. Sauf que, vu le temps de chargement des jeux qui pouvaient aller de 30 à 60 minutes, fallait prévoir bien avant… et être super patient -_-
On jouait à des jeux tels que Saboteur, Atahualpa (avec la musique du Boléro de Ravel qui tournait en boucle), Supercopter,  Gauntlet, Barbarians, etc.

Là, les enfants ont pu essayer trois vieux jeux : le premier pacman sur écran monochrome, un où le plongeur devait harponner les poissons avant qu’ils ne le bouffent, le dernier avec un vaisseau spatial qui tournait sur lui-même et tirait sur tout ce qui l’approchait afin d’éviter la collision.
Il y avait également une salle d’arcade, très petite avec très peu de jeu, c’est dommage mais ça permettait de découvrir l’anatomie de la borne d’arcade avec le petit panneau demandant de ne pas déposer la cigarette sur le frontispice et les petits cendriers pour les fumeurs.

Ensuite, on est passé au level des consoles abordables financièrement, enfin, un peu plus que les précédentes : Sega avec la master System et les Megadrive. Les Playstation, les X-Box 360, etc.

J’ai trouvé la salle impressionnante quand même : elle est grande, lumineuse et contient pas mal de bornes de jeux.
On pouvait terminer la visite avec une exposition éphémère, la salle des ordinateurs avec 4 PC mis à disposition : pour chacun un style de jeu différent (exploration de donjon, plateforme, etc) et une borne Minecraft qui permettait de découvrir certains monuments et rues de Strasbourg version pixelisée.
Ma puce a bien aimé découvrir les mini-jeux électroniques, les Game & Watch, qu’on avait : un bouton à droite, un à gauche pour faire avancer ou reculer le héros – là sur la photo, le but était de rattraper les parachutistes avant qu’ils ne tombent dans l’eau et se fassent dévorer par les crocodiles ; je l’avais enfant et bon sang, ce que j’ai pu y jouer.

Pour nous, cette visite a été une retombée en enfance et l’occasion de partager nos expériences avec nos petits monstres, je redoutais que les enfants s’ennuient mais ils ont beaucoup aimé et ont trouvé ça très intéressant.
Pour les gamers, c’est à faire histoire de découvrir les balbutiements et l’évolution des consoles.

Bilan lecture du mois de juillet 2017

Bilan de lectureMouais… je pensais pouvoir lire un peu plus ce mois-ci étant donné que je suis en vacances, malheureusement, je n’ai pas réussi : pas assez de temps calme pour cela.
J’ai lu 10 livres (4 bande-dessinées, 1 comics, 1 manga et 3 livres + 1 abandon).
Commençons sans plus tarder:

Coup de coeur
Coup de Cœur:


Image du Blog good-winry-18.centerblog.net
J’ai adoré:
    


Gif heureux
J’ai aimé:


Bonne lecture sans plus
Une bonne lecture sans plus:


Image du Blog mangapournous.centerblog.net
Un avis mitigé:



Image du Blog mangapournous.centerblog.net
J’ai détesté:

On arrive donc à un total de 1358 pages (208 pages en bande-dessinées, 104 pages en comics, 208 pages en manga, 838 pages en roman).


Bilan challenge :

Arbre généalogique des Rougon-Macquart de 1878Challenge Rougon-Macquart : 07/20

Challenge LEAF Le Manège de PsylookChallenge LEAF : 24/50

Challenge Goodreads : 60/125

 

Réduit ta PAL à néantChallenge Réduit ta PAL à néant (illimité) : 39/70


Actuellement, je lis :
Mary Poppins
Pamela Lyndon Travers
(51%)

Magic 7, tome 4 : Vérités – Kid Toussaint

Titre: Vérités
Saga: Magic 7, tome 4
Auteur: Kid Toussaint
Illustrateurs: Kenny, Upchurch, Raapack, Ers, Bodart, Evenhuis, Clarke, Beroy
Éditeur: Dupuis
Nombre de pages: 56
Quatrième de couverture: Léo passe ses vacances chez son père. Dans la bibliothèque, il découvre des ouvrages qui lui révèlent l’origine secrète des mages !
Des connaissances bien utiles pour les sept amis qui se préparent à affronter… la Bête !

Magic 7 est une BD jeunesse que je suis depuis les premières publications dans le Spirou Magazine et dont je vous parle depuis et ce, pour deux raisons évidentes :
-la première étant qu’elle a été créée et scénarisée par un ami, Kid Toussaint.
-la seconde étant pour la qualité de cette série que j’apprécie énormément – il en va de même pour mon homme qui est pourtant bien plus difficile que moi.
Je redoutais énormément ce quatrième tome, pour une raison toute simple et qui saute aux yeux dès qu’on le feuillette : les dessinateurs changent tout au long du récit. J’étais habituée aux illustrateurs attitrés et je craignais un changement déroutant.

Au final, mes craintes n’étaient en aucun cas justifiées, bien au contraire.
On découvre en même temps que Léo l’origine des sept et pour chaque passage, un dessinateur différent ; ça rend super bien et surtout, ça ne coupe nullement le récit, c’est cohérent avec le principe de passer d’un personnage à un autre.
En lisant le résumé, on pourrait penser que ce quatrième tome répond à bon nombre de questions qu’on se posait jusqu’à présent, bon, c’est quand même un peu le cas, mais les réponses amènent énormément d’autres interrogations et notamment une importante : le passé va-t-il se reproduire une fois de plus ?
On en apprend également un peu plus sur le père de Léo mais également sur ceux d’Alice et de Milo, des révélations étonnantes et plutôt inattendues pour certaines. Ce qui ne devrait plus me surprendre dans les BD de Kid… mais si, toujours.

Au niveau de l’ambiance, on dénote également une subtile différence par rapport aux précédents : le ton est un peu plus adulte, principalement parce qu’on plonge dans un temps aussi ancien que troublé, une atmosphère renforcé par des illustrations plus mâtures pour bon nombre de planches.
Il y a toujours un côté drôle et insouciant notamment quand on se retrouve du côté des acolytes de Léo : Farah, Hamelin, Lupe et compagnie, mais comme on ne les voit pas des masses, cela passe au second plan.
L’auteur a malgré tout conservé une anecdote amusante histoire de couper un peu le dramatique de la situation : j’ai beaucoup ri quand l’Alchimiste demande de l’aide au devin.

J’avais adoré les deux précédents, mais pas autant que celui-ci : comme pour le premier, c’est un coup de cœur. Et cela ne m’étonne pas que cette série remporte bon nombre de prix (prix du scénario des écoles d’Auch, prix de la jeunesse au Festival BD de Rouans et au festival BD d’Anzin-Saint-Aubin, prix de la série au festival Bulle d’Océan de Rochefort).
Maintenant, j’ai hâte de voir ce que le cinquième tome nous réserve.

Féérie, tome 1 : La fille qui navigua autour de Féérie dans un bateau construit de ses propres mains – Catherynne M. Valente

Titre: La fille qui navigua autour de Féérie dans un bateau construit de ses propres mains
Saga: Féérie, tome 1
Auteur: Catherynne M. Valente
Éditeur: Balivernes
Nombre de pages: 256
Quatrième de couvertureSeptembre est une jeune fille qui aspire à l’aventure. Quand elle est invitée en Féérie par le Vent Vert et le Léopard des Petites Brises, bien sûr, elle accepte. Qui ne le ferait pas à douze ans ? Mais Féérie est dans la tourmente, sous le règne écrasant d’une Marquise maléfique.
Cheminant en compagnie d’un vouivre amoureux des livres et d’un étrange garçon bleu, presque humain nommé Samedi, elle perdra : son ombre, sa chaussure, son cœur et bien sûr son chemin. Mais dans l’aventure, elle trouvera le courage, l’amitié, une cuillère un peu spéciale et bien plus encore. Elle seule détient la clef qui rétablira l’ordre et le bonheur en Féérie…
Il n’y avait pas eu de monde si envoûtant, de personnages si originaux depuis Alice au pays des Merveilles ou le pays d’Oz. L’héroïne grandit au cours de cette aventure. Septembre est intelligente et très logique avec pourtant une forme de naïveté que nous voudrions garder toute notre vie, dans un monde plus complexe qu’il n’y paraît où tout n’est pas que soleil et magie.

J’ai emprunté ce livre à la bibliothèque. Je l’ai vu tourner il y a déjà quelques temps et les différents avis m’ont donné envie de m’y essayer. Avant de me lancer, je l’ai feuilleté : je trouvais les illustrations à la Benjamin Lacombe assez sympathiques et les titres comme la Vouivriothèque ou la maison sans prévenir m’ont bien plu. J’avais donc grandement hâte de commencer ma lecture. Malheureusement, je n’ai pas accroché.

J’ai trouvé que l’histoire manquait d’un fil conducteur. Imaginez :
On suit Septembre, que le Vent Vert embarque avec lui vers un pays imaginaire et ce, sans aucune raison ! Une fois à la frontière, lui ne peut guère passer suite à un problème de visa, quant à la fillette, elle traverse quand même. Pourquoi ? Aucune idée mais elle y va. Elle n’a aucun but, ne sait pas où aller mais ce n’est pas très grave, elle poursuit sa route vers nulle part.
Elle rencontre alors trois sorciers et comme elle n’a rien à faire, elle décide de risquer sa vie pour récupérer la cuillère de l’une d’elle qui est aux mains de la super vilaine du pays, la Marquise. Elle rencontre d’autres personnages comme le Vouivre (oui, le, vous avez bien entendu) et poursuit sa route.
Elle a enfin une mission mais elle n’y croit pas et personnellement, je n’y ai cru à aucun moment, elle n’a pas fait de cette quête la sienne.
Et c’est ce qui pose problème, ça sonne faux.

Dans la manière dont c’est écrit, j’ai souvent eu la sensation d’être dans un pseudo Alice aux pays des merveilles, en nettement moins bien : une histoire burlesque et absurde, une impression amplifiée par le manque flagrant de motivation qui ferait avancer l’héroïne.
Le seul personnage que j’ai apprécié est le Vouivriothèque jusqu’à ce qu’il entame le voyage avec Septembre. Après cela, il perd un peu de son intérêt… du moins, il n’en avait pas suffisamment pour me pousser à continuer mon calvaire.

Du coup, j’ai abandonné ce bouquin à 30% soit 76 pages de souffrance et d’ennui mortel. Bref, j’ai détesté cette lecture.

Les Chabadas, tome 2 : Z’yeux d’or Super Star – Daniel Picouly & Colonel Moutarde

Titre: Z’yeux d’or Super Star
Saga: Les Chabadas, tome 2
Auteur: Daniel Picouly
Illustrateur: Colonel Moutarde
Éditeur: Belin
Nombre de pages: 70
Quatrième de couvertureColette veut faire chanter les Chabadas! Son Idée? Faire participer ses amis à la Grande Audition de l’opéra Bastille. Mais les Matouvus ne l’entends pas de cette oreille…

C’est ma fille qui a emprunté cet album à la bibliothèque, et cela sans savoir que c’était un second tome puisque rien ne l’indiquait sur la couverture. Ce n’est pas très grave mais du coup, il nous manque l’historique rencontre des Chabadas ou des Chat-badass comme j’aime à les appeler.

Dans l’ensemble, l’histoire est assez gentillette, malgré les enlèvements perpétrés à tour de bras par les méchants de l’histoire.
L’opéra Bastille organise une audition pour la comédie musicale Roméo et Juliette afin de trouver les acteurs qui joueront les différents rôles. Comme l’indique le résumé, c’est en effet Colette qui fait parvenir l’information à son groupe, les Chabadas, et ils décident de tenter leur chance, mais c’est sans compter leurs rivaux, les Matouvus, qui ont prévu de les en empêcher puisqu’ils ont le même objectif.

J’ai beaucoup aimé les dessins, ils sont similaires à la couverture et comme on est fans de chats, forcément, on a trouvé notre bonheur.
Niveau character design, j’ai une nette préférence pour l’équipe des Matouvus, principalement parce que les couleurs de pelages sont plus sombres ce qui leur donne autrement plus de charisme à mon sens que les nuances plus claires des Chabadas – on a bien Persan et Bébert qui sont un peu plus foncés (brun et bleuté mais toujours moins que leurs rivaux) néanmoins, on n’a pas de noirs, les noirs, ce sont les méchants et ça, c’est dommage car sans le vouloir, ça véhicule les préjugés contre lesquels les associations ont tant de mal à se battre pour faire adopter les chats plus sombres. Personnellement, je m’en fous, j’ai préféré les vilains de l’histoire, ils sont plus punchies et plus intéressants, na !

Cela s’est rapidement laissé lire. C’était plaisant et j’ai passé un bon moment « no brain », c’était parfait au moment où je l’ai lu.

Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers: