Journal d’un noob, tome 4 : Vrai-guerrier – Cube Kid

Titre: Journal d’un noob, tome 4 : Vrai-guerrier
Auteur: Cube Kid
Éditeur: 404
Nombre de pages: 254
Quatrième de couvertureL’heure est grave pour Minus. Son village fait face à la pire attaque qu’il ait jamais connue. En plus, il doit affronter un de ses camarades et préparer son examen sur la redstone, alors que c’est un noob en la matière ! Lola, génie pour qui ce minerai n’a aucun secret, semble régler le problème. Mais la maladresse de cette nouvelle recrue pourrait bien coûter à Minus la réalisation de son rêve…

Ça y est, enfin mon calvaire va prendre fin !
C’est heureusement le dernier tome de cette saga – vous l’aurez compris, je n’en peux plus de Minus.
Depuis le premier, il a bien évolué, mais pas en mieux selon moi. D’accord, il est plus fort et maîtrise beaucoup de compétences mais il a oublié ses laborieux débuts de noobs et lorsque Lola, la plus nulle des élèves, lui fait promettre de rejoindre son équipe en échange de son aide pour le test redstone, il l’accepte à contrecœur et surtout, il est loin d’être sympa quand il parle d’elle. Surtout que, malgré sa maladresse, elle est gentille et très optimiste : elle me fait un peu penser à Luna Lovegood dans Harry Potter, donc autant dire que je l’aime bien, elle a ajouté une touche de fraîcheur à ce dernier volume.
C’est sûrement pour cela que je l’ai mieux aimé que le trois alors que ça aurait dû être une déception. Je m’explique : la fin du troisième laissait entendre que les élèves pourraient tous choisir la voie de l’Épée et que la prochaine étape serait de rejoindre le château d’Herobrine afin de lui botter les fesses ! Je m’attendais donc à une super bataille, un peu dans le style du deux mais en mieux… ben non. Ce qui occupe les héros du début à la fin, ce sont les tests qui leur permettront d’être dans les cinq premiers au classement, histoire de devenir Capitaine et d’avoir les autres sous sa coupe.
Voilà, c’était passionnant (est-ce utile de préciser que c’est de l’ironie ?) ; quant aux tests, ils sont tous plus nuls les uns que les autres.
Heureusement que Lola était là !

En ce qui concerne les illustrations, il y en a moins et surtout, elles sont de piètres qualités. Un peu dans le genre de celle ci-dessus. Au moins, dans les précédents, on alternait entre dessins nuls, schémas pitoyables et quelques planches sympas qui sont très peu nombreuses dans le quatre.

Bref, ce n’était pas une lecture très concluante, au même niveau que le second. Je n’en garderai pas un souvenir impérissable.

Challenge - Coupe des 4 maisonsChallenge Coupe des 4 maisons :
Item éphémère: Nargole
lire le premier livre acheté en 2017 – 80 points

Journal d’un noob, tome 3 : Méga-guerrier – Cube Kid

Titre: Journal d’un noob, tome 3 : Méga-guerrier
Auteur: Cube Kid
Éditeur: 404
Nombre de pages: 254
Quatrième de couverture: L’ombre d’Herobrine plane sur le village de notre jeune héros, qui continue sa formation pour devenir le plus grand des guerriers. Retrouvez Minus, Max, Alizée et les autres dans un nouveau tome explosif.

Ce troisième tome est encore plus sérieux que le précédent. Il reprend les mêmes stratagèmes que le second tome : les étudiants doivent trouver des idées afin de protéger le village des attaques des monstres.
Cette fois-ci, ce sont Brio et son équipe qui donnent les cours : ils sont rudes et ne passent rien aux élèves. Les écoliers sont testés et doivent, en parallèle des leçons, faire des corvées. Minus et son meilleur ami Mastoc écopent de la besogne du bois.
Bref, ça ne change pas des masses des précédents.

Le seul détail que j’ai grandement apprécié est qu’on nous renvoie à un événement du premier : l’existence du mystérieux creeper qui errait dans le village et qui aujourd’hui n’a plus rien d’énigmatique. C’était assez drôle, surtout le stratagème qu’ils utilisent pour le faire parler.
Et j’ai aussi bien ri à cette image :

A part ça, il n’y a malheureusement pas grand chose d’autres d’amusant. Je n’ai quasiment pas ri, contrairement aux deux précédents, et je me suis un peu ennuyée.
Il ne m’en reste plus qu’un à lire et j’aurai terminé la saga – vivement, parce que je commence un peu à en souffrir là, j’ai besoin d’une lecture plus sympa….

Journal d’un noob, tome 2 : Super-guerrier – Cube Kid

Titre: Journal d’un noob, tome 2 : Super-guerrier
Auteur: Cube Kid
Éditeur: 404
Nombre de pages: 227
Quatrième de couverturePlus personne n’ose traiter Minus de noob désormais, il a fait ses preuves et se retrouve deuxième de sa classe.
Le village commence un peu à sombrer dans l’ennui : aucun monstre ne l’a attaqué depuis un moment et Herobrine ne fait plus parler de lui. La seule chose qui sorte un peu de l’ordinaire, ce sont ces chênes qui poussent à l’est… Pourquoi Mike et Steve en font-ils tout un mystère ?
Le deuxième tome d’une fanfiction humoristique inspirée de l’univers de Minecraft.

Ce second tome bouge bien plus que le précédent et heureusement d’ailleurs parce que j’aurais abandonné cette saga autrement. C’est moins rébarbatif, principalement parce qu’il y a plus d’action, de confrontation avec les monstres. De plus, il fait presque cent pages de moins, quel soulagement !
Le style de l’auteur est malheureusement égal au premier. Par contre, certains dessins sont plus sympas, moins pixelisés et plus fluide au niveau de  la colorisation – j’ai bien dit certains, ce n’est pas le cas de tous.

A la fin du un, Max prévenait Minus qu’il s’était attiré la convoitise d’autres élèves en montant dans le classement et que les ennuis allaient également lui tomber dessus. Du coup, les nouveaux méchants de l’histoire sont Pierre et sa bande et autant dire qu’ils sont beaucoup moins sympas que Max – qui était déjà un sacré petit con dans son genre. Ce sont des petites brutes qui ne reculent devant rien pour arriver dans le peloton de tête de la classe, sans compter que, comme tous les lâches, ils ne font jamais leurs saloperies en solo, ils sont toujours accompagnés de leurs acolytes aussi bêtes qu’eux. Du coup, Minus et Max s’allient pour lutter contre l’ennemi.
De plus, une forêt a surgi à l’horizon et à part la regarder pousser et s’agrandir, personne ne fait rien, pas même les héros Steve et Mike. Puis, arrive un jour où il est trop tard et elle gagne les murs de la cité, permettant aux Zombies, Creepers et autres monstres d’accéder rapidement aux fortifications sans être vus.

J’ai bien mieux aimé ce second tome. C’était un peu moins drôle mais malgré tout plus plaisant.

Challenge - Coupe des 4 maisonsChallenge Coupe des 4 maisons :
4ème
année : Duel de sorcierslire deux romans d’une même saga20 points
Premier tome de Journal d’un noob : Guerrier

Journal d’un noob, tome 1 : Guerrier – Cube Kid

Titre: Journal d’un noob, tome 1 : Guerrier
Auteur: Cube Kid
Éditeur: 404
Nombre de pages: 304
Quatrième de couvertureLe journal intime hilarant d’un jeune villageois de Minecraft qui veut devenir un guerrier !
 » La nuit dernière, j’ai fait un rêve hallucinant. Des villageois avaient formé une armée, et j’en faisais partie. Je fixais des endermen droit dans les yeux.
Je parais la flèche d’un squelette à mains nues.
Je fauchais des zombies comme un fermier récolte des betteraves.
Et pour couronner le tout, j’ai envoyé un creeper dans le ciel avec un seul coup.
Ouaip, voilà le genre de héros que je veux être.
Mais c’était juste un rêve… « 
Minus a douze ans, il entre au collège de Minecraftia et il est destiné à devenir fermier, forgeron ou boucher, comme tous les villageois… Mais son rêve à lui est d’être un aventurier et de combattre les monstres qui attaquent sans arrêt le village. Alors quand il apprend que les cinq meilleurs élèves du collège vont pouvoir suivre une formation de guerrier, Minus est bien déterminé à en faire partie. La compétition sera rude, mais Minus est prêt à tout : cette année, plus personne ne le traitera de noob !

Ça fait un moment que je voulais découvrir cette série, principalement parce que mon grand est fan de cette lecture, il le dévore en très peu de temps. Maintenant, j’ai compris pourquoi : ça se lit très très très vite ; non seulement la typographie est grande mais un certain nombre de feuillets comprennent des dessins.
De plus, ce n’est pas de la grande littérature, c’est écrit comme un jeune parlerait… même si je dois bien avouer, à mon grand soulagement, que mes enfants ont quand même plus de vocabulaire que le héros.

On suit donc Minus, un gosse de 12 ans qui est villageois à Minecraftia. Il vit donc une vie ennuyeuse ou il ne se passe pas grand chose – il est tellement passionnant qu’il parvient même à nous barber pendant plusieurs pages sur l’ennui que provoquerait son journal au lecteur que nous sommes… Vu que cette analyse parvient à la fin du livre et que plus de trois cent pages, c’est vraiment une centaine de pages de trop, c’était presque prémonitoire comme réflexion.
La  vie de Minus devient plus intéressante lorsqu’il se voit offrir la possibilité, à lui comme à ses cent cinquante camarades de devenir un vrai guerrier en suivant un apprentissage pour le moins nul dans différents domaines qui servent dans le jeu (architecture, agriculture, commerce, combat, minage et crafting) et ce, s’il parviennent dans les cinq premiers.
Bref, l’histoire n’est vraiment pas terrible et les blagues à l’intérieur sont nulles… Tellement nulles que j’ai presque honte d’avouer que certaines m’ont fait rire 🙁

Le principe de compétition et de cours est sympa, surtout que cela m’a permis de découvrir certains détails en rapport avec l’univers Minecraft, notamment que Herobrine est un méchant alors que je pensais que c’était un héros au même titre que Steve.
En ce qui concerne les dessins, c’est exactement comme le jeu, très carré, très pixelisé également. Ça ne m’a pas donné plus que cela envie de jouer.

En conclusion, je n’ai pas détesté mais je n’ai pas non plus aimé. En même temps, ce n’est pas une déception puisque je m’attendais totalement à ça…

La véritable histoire de Noël – Marko Leino

Titre: La véritable histoire de Noël
Auteur: Marko Leino
Éditeur: Michel Lafon
Format: Ebook
Nombre de pages: 328
Quatrième de couverture: Au cœur de la Laponie, pays des neiges éternelles, le jeune orphelin Nicolas est recueilli par les habitants de son village. Mais ils sont tous trop pauvres pour pouvoir l’adopter. Le Conseil des Anciens prend alors une décision inédite : chaque année, le garçon sera pris en charge par une famille différente, et il en changera le jour de Noël.
Avec une étincelle d’espoir et de joie de vivre, Nicolas décide de se consacrer à sa passion : fabriquer des jouets. Le garçon va ainsi raviver l’émerveillement au cœur de cette région glacée. Et pourrait bien être à l’origine d’une des plus belles légendes.

Ça fait un moment que je désirais lire ce conte, mais jusqu’à présent, je n’en ai jamais pris le temps. J’ai donc profité du thème « cinéma » du mois de janvier pour le découvrir. De plus, c’était la transition parfaite entre la fin et le début d’année.

Dans l’ensemble, ça s’est laissé lire : c’est une lecture qui, le plus souvent, m’a fait du bien et m’a mise de bonne humeur. Par contre, à une ou deux reprises, j’ai dû faire une pause parce que je savais pertinemment ce qui allait arriver au pauvre Nicolas et je n’avais pas envie d’arriver à ces tristes parties – étant bien malade, il est probable que la force m’ait manqué pour poursuivre sans interruption. On sent bien que ces passages douloureux sont incontournables pour le cheminement du personnages mais ça ne les rend pas facile pour autant.
J’ai beaucoup aimé le héros, il est parfaitement décrit, du coup, je n’ai eu aucun mal à m’attacher à lui ; il est évident que les événements jouent sûrement une part importante dans les sentiments que le lecteur peut ressentir à son égard, mais pas que. Il est complet : on a son ressenti à chaque moment important de sa vie et il y en a.
Nicolas perd ses parents très jeune (je ne m’attendais pas aussi tôt), il est recueilli par le village de Korvajoki mais les habitants n’ayant pas les moyens de l’accueillir pendant plusieurs années décident de le prendre sous leur aile un an chacun, le changement de famille ayant lieu à Noël. Pour remercier ses hôtes, il confectionne des jouets sculptés qu’il offre secrètement à chaque enfant le matin de son départ. Huit années passent et il a fait le tour. La famine menace. C’est alors que le terrifiant et bourru ébéniste Iissakki se propose pour le former un an. La suite est facilement devinable.

D’ailleurs une bonne partie de l’histoire est prévisible, c’est sûrement pour cette raison qu’il ne m’a pas passionnée et que cela ne reste qu’une bonne lecture sans plus même si ça m’a mis du baume au cœur par moment.

Challenge - Coupe des 4 maisonsChallenge Coupe des 4 maisons :
2ème
année : Portoloin – un livre qui ne se passe ni en France, ni aux USA, ni en Angleterre (hors mondes imaginaires) – 10 points

Challenge LEAF Le Manège de PsylookChallenge LEAF : 17/50

1 2 3 4 165
Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers: