Une simple histoire de chance – Laure Allard d’Adesky

Titre: Une simple histoire de chance
Auteur: Laure Allard d’Adesky
Éditeur: Anyway Editions
Format: Ebook
Nombre de pages: 53
Quatrième de couvertureAnaïs Cerf est un chat noir. Elle ne peut pas sortir de chez elle sans déclencher des catastrophes. Le sort s’acharne tellement sur elle qu’elle s’y est habituée et, toujours célibataire, elle travaille de chez elle pour s’exposer le moins possible aux coups du destin. Heureusement, elle peut compter sur ses amies pour lui remonter le moral et affronter les tracas du quotidien. Et pourtant, un jour de Saint-Valentin, sa chance va tourner.

Habituellement, je ne lis pas beaucoup de romance, c’est un genre avec lequel j’ai beaucoup de mal, principalement parce que je ne me retrouve pas dans les personnages, ni même dans l’histoire.
Mais j’ai beaucoup aimé Une simple histoire de chance parce qu’il est drôle, entre autre.

Et puis, le récit tourne davantage autour des relations d’amitié entre Anaïs et ses amies. Alors en effet, l’héroïne est seule, cette nouvelle nous plonge en pleine période de Saint-Valentin, donc forcément la question d’un hypothétique petit-ami se pose et intervient dans l’histoire, mais à mon sens, ce n’est pas le fil conducteur principal.
Ce que j’ai le plus aimé, ce sont bien entendu toutes les allusions à la poisse qui accompagne Anaïs, j’ai trouvé ça très drôle et n’ai pas pu m’empêcher d’en rire. Et puis, je me suis sentie moins seule niveau pas-d’bol, même si pour le chat noir qu’est l’héroïne, sa guigne paraît beaucoup plus problématique que la mienne parce que cela touche de plein fouet ses proches.
Heureusement pour Anaïs et un peu pour le lecteur aussi, le vent tourne et les anecdotes malchanceuses ne sont pas contés tout au long du récit, uniquement à des moments choisis, ce qui n’est pas plus mal parce que ça aurait pu devenir lourd à la longue ; mais l’auteure a su parfaitement doser la touche d’humour qu’elle instille au récit.

Cette nouvelle est vraiment prenante et j’ai eu du mal à arrêter ma lecture quand les corvées de la vie quotidienne m’y ont obligée.
Bref, j’ai adoré cette lecture, j’ai passé un excellent moment et j’ai bien ri, ce qui n’est pas si courant pour ce dernier point.

Challenge - Coupe des 4 maisonsChallenge Coupe des 4 maisons :
1ère année : Farces pour sorciers facétieux
– un livre qui t’a fait rire – 5 points

La Lignée, tome 1 – Guillermo Del Toro & Chuck Hogan

Titre: La Lignée, tome 1
Auteur: Guillermo Del Toro & Chuck Hogan
Éditeur: Presses de la cité
Nombre de pages: 447
Quatrième de couvertureDepuis son atterrissage à l’aéroport JFK à New York, un avion en provenance de Berlin ne répond plus à la tour de contrôle. Le spectacle qu’Ephraïm et son équipe d’épidémiologistes découvrent à bord a de quoi glacer le sang : tous les passagers sauf quatre sont morts, en apparence paisiblement. Ont-ils été victimes d’un attentat au gaz ? D’une bactérie foudroyante ? Lorsque, le soir même, deux cents cadavres disparaissent des morgues de la ville, Ephraïm comprend qu’une menace sans précédent plane sur New York. Lui et un petit groupe décident de s’organiser. Pas seulement pour sauver leurs proches. C’est la survie de l’humanité entière qui est en jeu…

Je ressors assez mitigée de cette lecture. J’ai mis énormément de temps à le lire : trois semaines pour 447 pages (quinze jours pour environ cent cinquante pages. Argh !)

Ce fut laborieux, surtout le début et ce, jusqu’à la page 160. Je savais que l’histoire principale tournait autour des vampires, seulement, tout le premier tiers, les auteurs nous baladent. Ils nous font croire que c’est une épidémie qui a frappé le vol 753, ce qui n’est pas totalement faux puisque la transformation vampirique est proche des modes de contamination, mais jusqu’à ce qu’on le sache et qu’on voit le rapport, il se passe un certain nombre de pages.
Le souci en ce qui me concerne, c’est qu’on passe d’un personnage à un autre, sans aucune transition. Et pire que ça, on se retrouve à suivre le premier péquin qui passe par là. Franchement, qu’est-ce qu’on en a à faire du pauvre type dans sa tour de contrôle qui nous tient la jambe pendant cinq pages ?
Et ça a été encore plus difficile d’avancer quand j’ai compris – utra rapidement – qui étaient les héros (Setrakian, Eph, Gus, etc.) parce que j’avais envie de les suivre eux et pas le personnage lambda qui conduit son charriot à bagage et qui ne fait pas avancer l’histoire.

Ça devient vraiment intéressant à partir de la page 160, la première nuit, parce qu’on entre davantage dans le vif du sujet et tous les personnages ont leur importance. Puis, dès la page 250, Setrakian donne les premières explications à Eph et là, ça devient tout bonnement passionnant :
La nuit, les vampires sont à leur premier stade de transformation : ils se réveillent, sont encore immatures et se jettent sur tout ce qui bouge ou presque. Eph et Nora, agents du CDC, sont malheureusement discrédités et finissent par s’allier au vieux Setrakian qui a déjà été confronté à ces choses. Ensemble, ils traquent le Maître qui est une sacrée saloperie, au passage.
Les parties que j’ai le mieux aimées étaient celles avec Fet Vassili, le dératiseur. C’était super intéressant mais aussi stressant lorsqu’il descend dans les sous-sols de la ville pour découvrir ce qui fait remonter les rats à la surface.

Malgré un début déplaisant voire agaçant, j’ai très envie de lire la suite et de savoir ce qu’il advient des personnages. J’ai encore plus envie de découvrir la série The Strain, je pense que visuellement parlant, elle doit être magnifique parce que même dans le roman, certains passages sont époustouflants de stress et de frayeur ; donc y a moyen de vibrer.

Challenge - Coupe des 4 maisonsChallenge Coupe des 4 maisons :
4ème année : Batteurs
 un livre écrit à 4 mains – 25 points

Challenge LEAF Le Manège de PsylookChallenge LEAF : 19/50

Harry Potter et le prince de sang-mêlé – J.K. Rowling

Titre: Harry Potter et le prince de sang-mêlé
Saga: Harry Potter, tome 6
Auteur: J.K. Rowling
Éditeur: Gallimard
Nombre de pages: 715
Quatrième de couvertureDans un monde de plus en plus inquiétant, Harry se prépare à retrouver Ron et Hermione. Bientôt, ce sera la rentrée à Poudlard, avec les autres étudiants de sixième année. Mais pourquoi Dumbledore vient-il en personne chercher Harry chez les Dursley ? Dans quels extraordinaires voyages au cœur de la mémoire va-t-il l’entraîner ?

J’ai lu ce sixième tome à ma fille. Ça nous a pris énormément de temps, deux mois jour pour jour.
Le début n’a pas des masses emballé la petite. C’était un peu sombre pour elle et il y avait trop peu d’action à son goût. Par contre, on a donné un grand coup lors des deux cents dernières pages.

Dans ce volume, Harry est persuadé que Malefoy a rejoint Voldemort, est devenu Mangemort et doit remplir une mission au cours de cette sixième année à Poudlard ; il cherche à le démasquer. En parallèle, Dumbledore donne des cours particuliers à Potter, leçons qui permettent au jeune sorcier d’en découvrir davantage sur l’histoire de Tom Jedusor. Le directeur lui demande de récupérer auprès du nouvel enseignant, Slughorn, un souvenir précieux au sujet des Horcruxes.

J’ai beaucoup aimé cette relecture, ça n’avait pas été le cas la première fois, principalement parce que j’avais trouvé ennuyeuses les parties relatives au passé de Voldemort. Puis, j’ai su à quoi m’attendre et comme à chaque relecture, certains passages ont pris une toute autre dimension et j’ai pu m’attacher à bon nombre de détails qui étaient passés inaperçus précédemment.
Sans compter que, cette fois-ci, les ultimes chapitres m’ont touchée bien plus fortement mais malgré cela, ma voix ne tremblait pas et j’ai su rester calme afin d’avancer rapidement.
En ce qui concerne ma puce, la fin lui est restée en travers de la gorge que ce soit pour Dumbledore ou Rogue et elle a répété au moins vingt fois qu’elle détestait J.K. Rowling.

Il est clair qu’on n’attendra pas avant de commencer le suivant.

Challenge - Coupe des 4 maisonsChallenge Coupe des 4 maisons :
5ème année : Rapeltout
 lire ou relire un des 3 derniers tomes de Harry Potter – 35 points

Challenge LEAF Le Manège de PsylookChallenge LEAF : 18/50

Princesses du Monde – Katell Goyer & Misstigri

Titre: Princesses du Monde
Auteur: Katell Goyer
Illustratrice: Misstigri
Éditeur: Auzou
Nombre de pages: 26
Quatrième de couvertureLes princesses du monde se sont réunies pour nous entraîner dans un merveilleux voyage. Découvrez leur histoire et partez avec elles à la rencontre de lointaines contrées pleines de rêves…

Ça fait longtemps que je zieute cet album dans la bibliothèque de ma fille. Je trouvais les dessins splendides quant au texte, je le trouvais un peu court, seulement sur une page, du coup, ça m’a un peu retenue. Finalement, la fillette que je garde tenait absolument à ce que je le lui lise, on s’est donc lancé cette semaine et j’en suis ravie parce que ça a été une agréable surprise.

On découvre l’histoire de douze princesses : Rosette (princesse française), Sorenza (princesse italienne), Natasha (princesse russe), Aiko (princesse japonaise), Li Chaowei (princesse chinoise), Sanyogita (princesse indienne), Shéhérazade (princesse d’Orient), Neferou-Râ (princesse égyptienne), Rehani (princesse africaine), Nayeli (princesse inca), Taia (princesse tahitienne), Ozalee (princesse amérindienne), Nukka (princesse inuit) et Oihana (princesse espagnole).
J’ignore si  les contes existent réellement sauf bien sûr celui de Shéhérazade. En tout cas, s’ils sont inventés, chapeau à l’auteur – ils sont variés et intéressants -, et s’ils existent déjà, elle a réussi à les rendre concis et cohérents, l’essentiel étant dit – je redoutais qu’il manque la moitié.

Quant aux illustrations, je ne vous fais pas de dessins, elles sont juste superbes : colorées à souhait, avec le sens du détail ; même si, petit bémol en ce qui me concerne : je trouve que les princesses se ressemblent toutes un peu et on ne les distingue réellement que par leur couleur de leur peau, leur maquillage, leur coiffure ou leur tenue vestimentaire.
Ça n’enlevait en rien le plaisir des yeux et me poussait à chercher la petite touche différente sur chaque planche.

J’ai adoré cet album, c’était une bonne surprise. Par contre, on a la version poche et c’est bien dommage, ça aurait été un plus d’avoir le grand format :p

Death Note, tome 02- Tsugumi Ohba & Takeshi Obata

Titre: Death Note, tome 01
Auteur: Tsugumi Ohba
Illustrateur: Takeshi Obata
Éditeur: Kana
Collection: Dark Kana
Nombre de pages: 200
Quatrième de couvertureLight entend bien imposer au monde sa vision de la Justice ! De nombreux criminels sont morts après que leurs noms aient été inscrits dans le Death Note ! Alerté par ces morts étranges, le FBI enquête au Japon. Light fait partie des suspects mais, grâce au Death Note, il parvient à se débarrasser des soupçons qui pèsent sur lui.
Malgré cela, L, continue à suivre le jeune homme !

Quand on s’est arrêté, l’agent du FBI Raye Penber a dévoilé son identité à Light lors de l’attaque du bus dans lequel ils voyageaient, ignorant qu’il offrait à Kira une opportunité de lui livrer les autres agents qui le traquent. Une fois son nom connu, il n’a pas été difficile au possesseur du Death Note de le manipuler – enfin, pas difficile, c’est vite dit. En tout cas, c’est là qu’on voit toute l’ampleur de son génie et ça fait presque peur.
Mais si Light est aussi malin que tordu, on découvre L. en personne et on se rend rapidement compte qu’il est aussi incroyablement brillant que son adversaire. Il est prudent et parvient à suivre le cheminement de Kira.
La personne qui m’a déçue, c’est la fiancée de Penber. Elle est intuitive : en quelques informations données par Raye, elle a cerné plus rapidement Kira jusqu’à donner un faux nom le plus naturellement possible, par contre, elle s’est fait piéger connement. C’est dommage parce qu’elle m’avait épatée.

Les dessins n’ont pas perdu par rapport au premier tome. Ils sont tout aussi beaux et j’ai aimé observer chaque détail de la physionomie des personnages.
Une fois commencée, j’ai été obligée de terminer cette lecture, c’était passionnant. Je redoute toujours de m’ennuyer parce que l’animé était si bien fait qu’il retrace à merveille le manga, pourtant, je l’ai vu il y a si longtemps que j’ai oublié pas mal de détails. Heureusement, même si je ne pense pas que cela changerait mon avis.

C’est un coup de cœur pour ce second tome et j’ai hâte de lire la suite.

1 2 3 4 166
Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers: