Takane & Hana, tome 1 – Yuki Shiwasu

Takane & Hana 1Titre: Takane & Hana, tome 1
Auteur: Yuki Shiwasu
Éditeur: Kazé
Collection: Shôjo
Nombre de pages:
190
Quatrième de couverture
: Hana, lycéenne de 16 ans, est contrainte de prendre la place de sa sœur lors d’une rencontre arrangée ! Présentée à l’héritier du grand groupe Takaba, le très séduisant Takane Saibara, la jeune fille déchante vite face à son arrogance.
N’y tenant plus, elle lui jette ses quatre vérités à la figure, croyant se débarrasser ainsi de lui. Pourtant, dès le lendemain, Takane lui propose un nouveau rendez-vous, à croire qu’il en redemande ! Elle a un sacré caractère… et il aime ça !

J’ai découvert ce Shôjo grâce à la Masse Critique Babelio, donc un grand merci à eux pour ce partenariat ainsi qu’aux éditions Kazé.
J’avais grand besoin d’une lecture légère et je n’ai pas été déçue, bien au contrainte, il a dépassé toutes mes espérances : j’ai beaucoup ri. Alors, d’accord, c’est un shôjo, on a droit à quelques stéréotypes du genre mais ça reste excellent.

Les personnages passent bien :
Takane m’a un peu exaspérée avec ses airs supérieurs, même si on comprend assez rapidement que c’est une façade qui s’effrite progressivement au contact de l’héroïne – mais le mépris reste dans le terme de populace, mot utilisé trop souvent à mon goût surtout dans les petits strips imaginaires de l’adolescente.
Quant à Hana, elle a un sacré caractère, n’hésite pas à tenir tête à l’héritier du groupe industriel Takaba et lui répond du tac au tac donc on n’a pas le temps de s’ennuyer.
On se doute rapidement que leur relation va évoluer, qu’ils vont se rapprocher et que leur rendez-vous arrangé deviendra une romance d’un genre un peu particulière, ils sont un peu sadomaso quand même, à constamment se chercher et se charrier.
Le seul bémol en ce qui me concerne, c’est le comportement de Takane : Hana est plus jeune de dix ans, du coup, avec elle, il est autoritaire voire tyrannique – heureusement qu’elle a du caractère, autrement, elle se serait faite bouffer – et il est même une ou deux fois violent – on ne sait pas trop s’il lui fout une claque sur le pont, mais pas de doute au restaurant panoramique et même si c’est minimisé par les grimaces amusantes de Hana, le geste est là et ça me chipote, ça m’a donné envie de lui rendre la pareille ou de secouer Hana pour qu’elle en fasse autant.

Takane & Hana tome 1 p43Les illustrations sont jolies dans un style très shôjo, j’aime beaucoup la manière dont l’auteure dessine les yeux de ses personnages, féminins principalement, elle parvient à les rendre très expressifs et le moins qu’on puisse dire, c’est que les héros de ce manga passent par tout un cheptel d’émotions.

Malgré mon petit bémol, j’ai passé un excellent moment et ai adoré cette lecture. Comme dit en introduction, j’ai beaucoup ri et j’ai très envie de découvrir le prochain tome.

Une guitare pour deux – Mary Amato

Une Guitare pour deuxTitre: Une guitare pour deux
Auteur:
Mary Amato
Éditeur: Nathan
Nombre de pages:
288
Format: e-book
Quatrième de couverture:
La mère de Tripp lui a confisqué sa guitare tant qu’il ne sera pas plus sociable et meilleur élève. Lyla, quant à elle excellente élève et musicienne hors pair, a besoin de s’entraîner pour ses concerts de violoncelle. Les deux adolescents entament alors le partage de la salle de répétition du lycée et une correspondance, d’abord acide puis plus complice. Bientôt le guitariste rebelle et la violoncelliste sage que tout oppose se retrouvent autour de leur passion commune : la musique…

J’ai lu ce livre suite au défi lancé par ma binômette, Psycho-Boook lors du challenge Les mascottes se défient #2. Je devais choisir un livre dont le thème était la musique ou dont la couverture contenait un instrument de musique. J’ai décidé de tenir compte des deux. Le choix de son défi est évident: hier, c’était la fête de la musique, on était donc totalement dans le thème de juin.

C’est un roman jeunesse qui se lit très rapidement même si j’ai eu un peu de mal à me plonger dedans principalement en raison du conflit mère-fils qui oppose Tripp et sa maman. J’ai trouvé l’adolescent très énervant à ne pas remplir sa part du contrat, c’est-à-dire faire ses devoirs d’école pendant les grandes vacances, mais en même temps, sa mère aurait dû réagir plus tôt… donc j’étais prise entre les deux et ça m’a un peu énervée. En même temps, c’était le meilleur moyen pour lancer l’histoire.
J’ai bien aimé le personnage de Lyla, elle est l’élève modèle par excellence répondant aux désirs de son père, ses professeurs ou ses amies, pourtant, elle souffre de cette situation ; je n’ai eu aucun mal à m’attacher à elle et à compatir à son sort. Par contre, Annie m’a prodigieusement énervée à ne pas la laisser respirer.

J’ai adoré les rapports que les deux protagonistes entretiennent, leur petite correspondance m’a donnée plus d’une fois le sourire. Et ça a été tout aussi agréable de les suivre par la suite lorsqu’ils se rapprochent réellement.
Par contre, j’ai trouvé les paroles des chansons un peu nazes, même si, disons-le, le cheminement et le travail de coopération pour y arriver étaient intéressants. J’aurais aimé en entendre la musique, je ne me suis décidée à chercher sur le net s’il n’existait pas un site qu’à la fin – ce qui est totalement nul de ma part – et n’ai pas pu regarder correctement – sur mon téléphone, c’était pas terrible.
Si ça vous intéresse, vous pouvez y faire un tour, voici le lien : The Thrum Society (oui, c’est le nom du groupe de Tripp et Lyla).

Un dernier mot sur la fin : c’était un peu prévisible que les choses tourneraient mal avant de finir bien, même si, pas totalement prévisible puisque je pensais davantage que Lyla aurait un souci de santé genre problème cardiaque.
J’ai bien aimé cette lecture, ce n’était pas prise de tête, ça s’est bien lu. Bref, j’ai passé un bon moment.

Contes de ma terre – Catherine Lamic

Contes de ma terreTitre:  Contes de ma terre
Auteur:
Catherine Lamic
Éditeur: Tertium
Nombre de pages:
75
Quatrième de couverture:
Contes fantastiques et merveilleux racontent l’histoire d’une terre, où la beauté sauvage du causse, voisine avec la vallée de la Dordogne entaillée par les eaux de la rivière. Cette terre, c’est celle des paysans du Quercy qui l’habitent, qui la font prospérer en travaillant son maigre sol et en élevant des animaux. C’est celle mystérieuse, du Drac, des feux follets et autres malins.

J’ai pu découvrir ce recueil de conte grâce à la Masse Critique Babelio : je remercie donc grandement Babelio ainsi que les éditons Tertium pour leur confiance.

Ce qui m’a attirée, c’est bien sûr le résumé : il m’a convaincue qu’avec ce recueil, je retrouverais une partie de ma jeunesse, et que je voyagerai aux côtés de personnages fabuleux. Cette lecture a été bien au delà de mes espérances. Ça s’est lu bien trop vite à mon goût, c’était frais et surtout dépaysant, sentiment renforcé par les dessins de type bucolique de Marie Bazin.
Ce qui m’a frappée d’un premier abord, c’est la mise en page : la police est relativement grosse, le texte est aéré grâce à des interlignes amples,…

Il contient 14 contes, relativement courts (le plus long fait 7 pages, le plus petit 3). Beaucoup se passent principalement dans la région de Quercy située dans le Massif Central. Les autres semblent être dans le même coin.
Les larmes d’une pierre : L’âme d’un mercenaire est enfermée dans une pierre depuis la guerre de Cent ans, jusqu’à ce qu’une petite fille vienne le réveiller.
J’ai beaucoup aimé ce petit conte, une bonne entrée en la matière, un récit complet qui n’omet pas le passé de l’esprit tout en permettant au lecteur de suivre le cheminement de la fillette.
Frou-Frou, la reine des truffes : Frou-Frou, de peur de finir dans l’assiette des fermiers affamés, fuit sa porcherie jusqu’à ce que la faim la pousse à chercher de la nourriture.
Un petit conte fort sympathique, un personnage attachant de par ses réactions tellement humaines.
Des oies pour richesse : Colline, une jeune paysanne, rencontre une vieille dame qui l’avertit d’un danger et la met à l’épreuve.
J’ai eu peur pour l’héroïne, a-t-elle fait le bon choix en suivant les conseils de la vieille ? J’en ai douté jusqu’au bout.
Le Sang-Dragon : Lorsqu’une dragonne prend sous son aile et élève un enfant humain…
Étant fan des dragons, je ne pouvais qu’adorer ce conte au point de le relire, c’est sûrement mon préféré.
La promesse d’un collier : On suit Lisane, jeune fille vaniteuse ; elle ramasse dans la rivière un collier mais il faut toujours se méfier des apparences et bien davantage des promesses.
Ça m’a fait sourire, surtout la conclusion. J’ai aimé l’ambiance de ce conte.
Mouchette et le déserteur : Jérémie, déserteur en fin de guerre, se cache dans une porcherie jusqu’à ce que le fermier le trouve.
Un conte sympathique qui n’a rien de fantastique et pourrait très bien être tiré d’une histoire vraie, j’ai beaucoup aimé.
Piot le dindon : l’histoire d’un dindon beau mais bête comme ses pieds.
Je n’ai pas trop aimé principalement dû au personnage principal qui est en effet très sot… Par contre, la chute m’a plu.
A la racine du Bonheur : Hilda, une sorcière mise à l’écart en raison de son apparence et surtout de son nez disproportionné, part à la recherche d’un ingrédient qui lui permettrait de modifier ce dérageant appendice. Jusqu’où sa recherche la mènera-t-elle ?
J’ai adoré ce conte, il sonne juste, le personnage d’Hilda est sympathique, attachante en très peu de pages. Quant à la fin, elle est juste géniale.
Le soleil dans la maison : Un fermier trouve un bébé non loin de son champ mais il n’ose l’amener chez lui, sa femme étant acariâtre.
Une histoire simple, une fin un peu prévisible mais ça n’en rend pas moins le récit intéressant.
Le bal des animaux : Différents animaux sont invités à un bal chez un seigneur peu aimé. Ils demandent tous leur chemin à un âne qui les met en garde mais ils n’en ont cure. Quand aucun ne revient, le baudet décide d’aller voir de quoi il retourne.
Un conte divertissant qui m’a fait sourire de par les réponses que les animaux donnent à l’âne après son avertissement.
Poivre et Caramel : Deux chiens chassent les poules. Lorsque sa maîtresse adopte un poussin, les choses se corsent.
Je n’ai pas accroché, c’est sûrement celle que j’aime le moins.

Contes de ma terre p56
Les couleurs d’Agneline : Un agneau s’interroge sur le blanc de sa toison, il décide d’aller rejoindre un arc-en-ciel afin de le traverser et colorer ainsi sa laine ; il s’éloigne imprudemment du troupeau.
Un texte plutôt poétique, une belle histoire que j’ai bien aimée.
La jeune fille et le lutin : Lorsqu’un lutin tombe amoureux d’une humaine, il abandonne son immortalité pour la rejoindre, seulement tout a un prix.
J’ai adoré ce conte, par contre, la fin est dure, c’est sûrement ce qui m’a tellement plu au final.
Le pont des âmes disparues : Un berger est chargé par un riche paysans de retrouver sa fille, enlevé par le Roi des Geais, heureusement, il reçoit une aide attendue.
Un très beau conte, dans la lignée des contes classiques, qui clôt magnifiquement ce recueil. J’ai adoré.

Vous l’aurez compris, c’était une lecture passionnante : le style de l’auteur est très agréable, il faudra que je tente d’autres titres, les histoires sont variées et sympathiques.

Les Voyageurs des Miroirs, tome 1 – Kriss F. Gardaz

Les voyageurs des miroirsTitre:  Les Voyageurs des Miroirs, tome 1
Auteur:
Kriss F. Gardaz
Éditeur: Editions du Préau
Nombre de pages:
349
Quatrième de couverture:
En vacances chez sa grand-mère dans un manoir que l’on dit un peu hanté, Rose Jersey, douze ans et demi, va découvrir une pièce secrète remplie de miroirs de sorcières, miroirs desquels il ne faut surtout pas s’approcher.
Curieuse, attirée par des pleurs semblant provenir d’un splendide miroir bleu, Rose est happée à l’intérieur et disparaît dans un autre monde. Son frère Andy, et Droopy le chat, vont volontairement la rejoindre pensant pouvoir la ramener.
Erreur! Un miroir de sorcières ne s’emprunte que dans un sens…
Dans quels mondes inconnus devront-ils vivre en attendant de trouver une porte de départ?
Les voyageurs des miroirs pourront-ils un jour rentrer chez eux?

Cela fait un bon moment que j’entends grand bien de cette série, c’est la raison qui m’a poussée à me l’acheter. Ce premier tome est resté quelques mois dans ma Pile à Lire, j’avoue que je redoute toujours le côté jeunesse en fantasy mais heureusement, mes craintes n’étaient pas fondées.

Ça se lit très bien et très vite – même si c’est tombée dans une période chargée donc il était difficile de me concentrer et pourtant, malgré cela, j’ai adoré cette lecture.
Les personnages sont sympathiques, ils sont jeunes : Andy a 10 ans, Rose est un peu plus âgée. Leurs réactions sont naturelles, loin d’être immatures sans pour autant être trop réfléchies ou irréalistes, il était donc plaisant de cheminer à leur côté.
J’ai trouvé que tous les personnages, qu’ils soient secondaires ou principaux sont travaillés, l’auteure parvient à les décrire en peu de mots et ça sonne juste.
Ajoutons que les descriptions sont courtes mais très belles, je n’ai eu aucune difficulté à m’imaginer dans les lieux décrits.

L’univers est complet mais également varié : Andy, Rose et leur chat Droopy traversent plusieurs miroirs de sorcières donc plusieurs mondes. Si leur aventure à travers la terre des Trolls est un peu linéaire et tout s’y passe trop bien, la suite chez les fées et les géants est loin de l’être, l’auteure a réussi à de nombreuses reprises à me surprendre tout en restant cohérente dans son récit.

Ah, j’ai failli oublié de parler des créatures qu’on rencontre : elles sont intéressantes et surtout, ne sont pas ce qu’on pense : les Trolls ne sont pas forcément méchants, les licornes pas forcément gentilles, quant aux fées… je vous le laisse découvrir. Du coup, on se demande régulièrement le long du récit si les héros choisissent le bon camp : ça ajoute du suspens et du stress, c’est plaisant.
Au fil des pages, on se pose pas mal de questions et on a réponse à tout, à la fin ou parfois plus tôt. C’est très agréable : en refermant ce roman, on a cette sensation de plénitude que tout est dit. Pour autant, l’auteure parvient quand même à nous donner grandement envie de lire la suite et d’en savoir plus sur les chats d’argent – ça tombe bien, c’est le titre du 2.

J’ai adoré cette lecture, j’aurais préféré avoir du temps pour le savourer à sa juste valeur mais j’ai passé un excellent moment surtout après leur arrivée dans le monde des géants : j’ai dévoré ce passage.
J’ai vraiment hâte de lire la suite mais pour cela, il va falloir que je me le procure.

La licorne qui dépassait les bornes – Joris Chamblain & Lucile Thibaudier

Enola et les animaux extraordinaires 2Titre:  La licorne qui dépassait les bornes
Saga: Enola et les animaux extraordinaires, tome 2
Auteur:
Joris Chamblain
Illustrateur: Lucile Thibaudier
Éditeur:
Editions de la Gouttière
Nombre de pages:
32
Quatrième de couverture:
Caché au coeur d’un Muséum d’Histoire Naturelle se trouve le cabinet d’Enola, une vétérinaire hors du commun. Sa spécialité ? Les animaux des contes et légendes !
Lorsque Sylvia, Piotr et Sven sont confrontés à une licorne agressive qui franchi les limites de leur territoire, ils ne perdent pas une minute pour en informer le village. Mais quand Sylvia apprend que son père, le chef du village, souhaite attaquer les licornes à cause de la rupture de leur pacte, elle ne perd pas une seconde pour demander de l’aide à Enola.
Une nouvelle mission pour la jeune vétérinaire et son chat Maneki !

J’avais bien aimé le premier tome de cette petite BD, je n’ai donc pas hésité à emprunter ce second tome à la médiathèque de ma ville.
Je redoutais un peu que le thème de la licorne ne soit traitée de manière neuneu, finalement, non : les licornes sont loin d’être des créatures très sympathiques d’un premier abord, on ne peut pas leur en vouloir, étant donné qu’elles ont perdu une bonne partie de leur territoire au profit des hommes toujours plus avides de bois magique. Au final, leur réaction est parfaitement compréhensible.

On découvre toujours aussi peu le cabinet de travail d’Enola : elle s’échine à débroussailler la tête d’un géant… bref, pas beaucoup plus et c’est dommage, j’aimerais bien qu’une aventure se passe chez elle histoire d’en savoir un peu plus sur le personnage. Ma préférence va toujours à Maneki, décidément, j’adore son character design, sa gueule est tellement expressive.
J’ai nettement préféré ce second tome au premier, je l’ai trouvé plus sympathique et surtout un peu moins prévisible… même si on se doute que les licornes n’attaquent pas parce que la fille du chef a malencontreusement pénétré leur territoire. La raison est tout autre.

Enola et les animaux extraordinaires 2 p14Une lecture rapide, agréable, des dessins encore plus beaux de par les décors, principalement.
J’ai beaucoup aimé cette BD et ma puce également.

1 2 3 4 145
Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers: