Le tour du monde en 80 jours

En moins d’un mois, nous avons liquidé cette série. Les enfants ont beaucoup aimé, et davantage mon grand garçon puisqu’il a lu le bouquin de Jules Verne.
Je me souviens qu’à l’époque où cela passait sur Récré A2, j’avais adoré. Mais je ne me souvenais absolument pas d’avoir vu la fin, donc du coup, ça m’a permis de la découvrir et depuis j’ai le sentiment d’avoir parachevé cette série. Quelle satisfaction !
Par contre, je trouve qu’à notre époque, cet animé a vraiment très très mal vieilli: l’animation est atroce, ça chante constamment le générique tout en dansant, etc…
En tant qu’adulte, j’ai eu du mal mais pour les enfants, c’est vraiment sympathique: un dépaysement total, un voyage à travers des pays et des cultures différentes. A voir en famille.

Bon, n’en n’oublions pas la raison de cet article, présenter la page consacrée à la série, dans la section Animé:

Le tour du monde en 80 jours

Card Captor Sakura – Animé

Synopsis: Sakura, jeune écolière de  6 ans, se retrouve seule chez elle un après-midi. Elle entend un bruit dans la bibliothèque de son père et s’y rend. Là, elle découvre un vieux livre intitulé « The Clow ».  Dès qu’elle le touche, il s’ouvre sur un jeu de carte. Lorsqu’elle touche la première carte et prononce son nom de Windy, une rafale de vent éparpille toutes les autres cartes. A partir de là, elle se doit réparer son erreur et rétrouver toutes les cartes avec l’aide de Kero, le gardien protecteur des cartes.

Dans les derniers mois de l’année 2012, nous avons proposé aux enfants de regarder la totalité de la série animé de Card Captor Sakura, c’est-à-dire 70 épisodes. Nous faisant totalement confiance, ils n’ont pas protesté et au final, ils ont été bien contents de l’avoir vu. A l’heure où j’écris, cela fait un bon moment qu’on l’a terminé, mais je n’avais pas eu l’occasion d’en faire une page, mais hier, mon besoin de me changer les idées m’a poussé à la créer.
Vous l’aurez compris, cet article est principalement une notification pour annoncer la création de la page située dans la partie Animés

Card Captor Sakura

Quand cette série est sortie en France, j’avais déjà un  certain âge -genre jeune adulte, hein, pas genre vieille !
J’ai relativement bien accroché, ça changeait grandement des séries Magical Girl à la Gigi, Creamy ou Sailor Moon. Et puis dans le genre série avec des créatures à attraper, c’était différent de Pokémon. Des cartes, c’était pas mal, pas du Magic, ni du Yugioh. Par contre, c’était un mélange de tout cela, bref, ça avait toutes les chances de marcher. sans compter que c’était la grande époque de Clamp, tout ce qu’ils sortaient marchaient du feu de Dieu surtout en France.
A l’époque où ça passait sur M6, je les enregistrais quand j’y pensais et on les regardait le soir pendant les repas, puis on a été cambriolé -télé et magnéto HS- et du coup, plus moyen d’enregistrer. Ce qui fait que je n’ai jamais vu la fin de la série mais ce n’était pas un drame, je me suis rabattue sur les mangas: plus court, tout aussi joli. Il aura fallu que j’attende une dizaine d’année pour pouvoir regarder la série en entier: il est sûr que c’est moins intéressant maintenant, mais je ne doute pas que la relève est assurée avec mes enfants! 😛
Il ne me manque que les films, mais ne les ayant pas en DVD, je vais devoir attendre qu’on trouve une offre sympa et pas trop chère.

 

 

Panda, petit Panda

Alors, je me devais de faire un post à ce sujet, et cela me donne l’occasion de passer à des choses plus gaie, parce qu’après tout, la vie continue.

Ce matin, j’ai accompagné la classe de la petiote pour aller voir Panda, petit panda. Je n’avais aucune idée de ce que c’était et pas le temps de me renseigner avant étant donné que j’ai appris le nom du film en y allant. Mais dès la première image: “tiens, un film japonais! il ne manquerait plus que ce soit du Miyazaki!” Et dès le générique, -_-‘ comme le monde est petit. Alors, passons sur le fait que j’étais super contente de voir ma fille évoluer dans le milieu scolaire: elle est méconnaissable, plus sage qu’une image, obéissante, gentille, bref à croquer (si seulement c’était pareil à la maison 🙁 ). Passons donc au film à proprement parler… comment dire… On voit vraiment que ça doit remonter aux années 1970 (ah, ben après vérification, je ne me suis pas trop trompée, 1973). Bref, ça se ressent… à mort. Il regroupe deux moyen métrage de Hayao Miyazaki et Isao Takahata et portant le nom de Les Aventures de Petit Panda et Panda Kopanda, le cirque sous la pluie. Je suis peut-être devenue difficile avec les années, mais je n’ai pas trop apprécié. Alors après vous me direz, mais on s’en fout de toi ma pauvre! Et les gosses, dans l’histoire?

Eh! Pas besoin d’être aussi peu aimable! Bon, en ce qui concerne les enfants, ils ont adoré! Ils tremblaient avec les héros et riaient avec eux. Ils ont été sages, et dur pour 32 élèves de petites sections, et si on exclut quelques intéressants et leur rires forcés, je pense qu’ils ont vraiment passé un bon moment (même si pour moi, ce fut 1h20 très très très longue). Et la petiote m’a même demandé à plusieurs reprises si elle pourrait le revoir, donc quand je dis que ça a plut, je ne m’avance pas trop quand même ^^

Synopsis: La petite orpheline Mimiko, habite dans la maison de sa grand-mère. Alors que cette dernière s’absente quelques jours, un bébé panda et son papa, échappés du zoo voisin, pénètrent dans la maison… et s’y installent ! Tous trois deviennent rapidement les meilleurs amis du monde… même si le petit panda se révèle être un habitué des bêtises : il sème la panique à la cantine de l’école, manque de se noyer dans la rivière… Jusqu’au jour où il découvre un intrus couché dans son lit : un tigre qui ne retrouve pas le chemin de son cirque. C’est ainsi que Mimiko et les deux pandas le ramènent vers sa maman et qu’ils passent des instants merveilleux au milieu de gens du cirque, allant même jusqu’à sauver tous les animaux d’une inondation ! Cela vaut bien une magnifique parade dans les rues de la ville pour la plus grande joie des enfants ! Composé de 2 moyens métrages, Panda Kopanda d’une durée de 33 mn, et Panda kopanda amefuri saakasu no maki d’une durée de 38 mn.