Zazie dans le métro – Raymond Queneau

Titre: Zazie dans le métro
Auteur: Raymond Queneau
Éditeur: Gallimard
Durée: 240 minutes
Quatrième de couvertureZazie débarque à Paris pour la première fois chez Tonton Gabriel. Le Panthéon, Les Invalides et le tombeau du véritable Napoléon, elle n’en à que faire ! Mais kess-qui l’intéresse alors, Zazie ? Le métro ! Et quand elle apprend que les employés sont en grève, elle leur envoie une volée d’injures. Ne contrariez pas Zazie !

Ça fait super longtemps que je voulais lire ce roman mais je n’arrivais pas à me décider à l’emprunter. Quand je l’ai vu en audiobook, je n’ai pas hésité un seul instant à le prendre.
Dans les premières minutes, j’ai presque regretté de ne pas l’avoir en version papier. C’était sympathique à écouter, mais je suis beaucoup moins attentive ainsi et j’ai eu l’impression de manquer certains passages.
Malgré cela, j’ai adoré cet audiobook : il est interprété par 7 comédiens et ils jouent merveilleusement bien leur rôle.

Zazie a 12 ans. Sa mère la dépose chez son oncle pour le week-end. Elle rêve d’explorer Paris mais c’est assez mal barré : sa tante doit travailler et son oncle ayant bossé de nuit dort. Elle en profite donc pour fuguer. Elle rencontre un homme louche et parvient à lui extorquer des bloudjinnes avant qu’il ne la raccompagne.
Bon, c’est un résumé hyper basique. Il se passe plein de choses, beaucoup de rebondissements dont je ne peux pas parler parce qu’ils sont trop nombreux et que cela spoilerait bien trop l’histoire.

Je ne m’attendais pas du tout à ça.
Déjà le personnage de Zazie est étonnamment vulgaire dans le sens où elle dit énormément de gros mots. Et puis, elle est super mûre pour son âge, elle voit des choses qu’elle ne devrait pas à 12 ans… Des pervers de-ci, des pervers de-là. J’ai limite trouvé ça glauque et surréaliste par moments, mais en même temps, tellement réaliste à d’autres.
C’était un récit prenant, étrange et drôle. Les personnages principaux (Zazie, Gabriel, Marceline) sont attachants. Le perroquet, Laverdure, m’a éclatée avec ses “tu causes, tu causes, c’est tout ce que tu sais faire !”
J’ai pris beaucoup de plaisir à cette écoute que j’ai adoré.

Les Colombes du Roi-Soleil, tome 02 : Le Secret de Louise – Anne-Marie Desplat-Duc

Titre: Le Secret de Louise
Saga: Les Colombes du Roi-Soleil, tome 02
Auteur: Anne-Marie Desplat-Duc
Éditeur: Flammarion
Nombre de pages: 226
Quatrième de couvertureGrâce à ses talents de chanteuse et à la pureté de sa voix, Louise est remarquée par la Reine d’Angleterre, qui lui demande de devenir sa demoiselle d’honneur. Elle quitte alors Saint-Cyr et ses amies, et n’a qu’une chose en tête : retrouver sa mère. Très vite, elle fait des rencontres passionnantes et des découvertes qui vont l’aider à lever le voile sur le mystère qui entoure sa naissance…

J’ai profité de l’item éphémère Bal de Noël du Tournoi des 3 Sorciers pour sortir ce second tome de ma PàL. Et j’en suis ravie.

Dans ce roman, on découvre enfin tous les secrets tournant autour de la naissance de Louise. On savait déjà que son père était Louis XIV, mais on ignorait tout de sa mère.
L’histoire s’ouvre sur le passé de notre jeune héroïne qui est élevée chez une nourrice. Elle grandit avec son frère de lait qui l’initie au chant.
La suite reprend de manière courte et concise les événements importants qui tournent autour de Louise dans le premier tome, une façon détournée et plaisante de nous rafraîchir la mémoire.
Puis, grâce à sa voix, Louise est engagée par la reine Marie d’Angleterre, exilée en France. C’est l’occasion pour la jeune fille de côtoyer la Cour et de mener l’enquête sur ses origines.

Ce second tome amène beaucoup de questions : la plus importante étant qui est sa mère ? Pourquoi le Roi ne l’a pas reconnue alors qu’il l’a fait pour les fils qu’il a eu avec Mme de Montespan ? Et quand on a enfin le nom désiré et la raison pour laquelle elle n’a plus rendu visite à Louise, qu’est-ce qui a bien pu se passer ? Est-elle aussi “innocente”que se l’imagine Louise ?
Heureusement, avant la fin, on a toutes les réponses pfiou…
Ça donne une sensation de plénitude que j’aime beaucoup. Sans compter que tout au long du récit, l’auteure distille des indices sur les anciennes camarades de Saint-Cyr pour pousser le lecteur à continuer la saga… Donc ça ne loupera pas, je lirai assurément le troisième… Mais quand ? C’est une autre histoire :p

Hormis des personnages attachants, le gros point fort de ce tome est le contexte historique : il est présent sans l’être trop. Il l’est davantage dans ce second tome puisque Louise est moins protégée que dans le tome précédent. Elle est amenée à fréquenter l’entourage de la Reine d’Angleterre, la Cour du Roi-Soleil avec leurs intrigues.
C’est idéal pour initier un jeune lecteur au roman historique.

C’est un coup de cœur pour cette lecture et j’ai hâte de découvrir ce que les autres Colombes du Roi-Soleil nous réservent.

Challenge Tournoi des 3 Sorciers :
Bal de Noël (Item éphémère du 21 au 26 décembre 2018) – Un roman dont la couverture est ornée d’une robe – 80 points

Les carnets de Cerise, tome 1 : Le zoo pétrifié – Joris Chamblain & Aurélie Neyret

Titre: Le zoo pétrifié
Saga: Les carnets de Cerise, tome 1
Scénario: Joris Chamblain
Dessins: Aurélie Neyret
Éditeur: Soleil Métamorphoses
Nombre de pages: 76
Quatrième de couverture“Il était une fois… Quand j’étais petite, je me suis fait la promesse que si un jour, j’avais un journal intime, il commencerait comme ça. Il était une fois… ben moi, Cerise ! J’ai dix ans et demi et mon rêve, c’est de devenir romancière. Mon truc à moi pour raconter des histoires, c’est d’observer les gens, imaginer leur vie, leurs secrets. On a tous un secret enfoui que l’on ne dit pas, qui fait de nous ce que nous sommes…
En ce moment, avec les copines, on observe quelqu’un de vraiment mystérieux…”

Ça fait très longtemps que je veux commencer cette série ; ma fille a les cinq tomes donc il fallait juste que je me décide et c’est ce que j’ai fait aujourd’hui.

On découvre l’univers de Cerise, une fillette ou une ado, on ne sait pas trop, qui rêve de devenir romancière quand elle sera grande : pour cela, elle tient un journal et y note les observations qu’elle fait de son entourage.
Elle vit avec sa mère et traîne avec sa vieille voisine, madame Desjardins qui est auteure et avec ses deux amies Line et Erica. Leur repaire est une cabane dans les bois. Régulièrement, elle y croise un vieux bonhomme qu’elles appellent le mystérieux inconnu et qui est recouvert de peinture… étrange s’il vient de la forêt.
Un jour, elle suivent les traces de peinture qu’il sème et se retrouvent face à un mur infranchissable. Que cache donc cette fortification ?
Avec un titre comme le zoo pétrifié, on s’attend à voir un panel d’animaux et de mon côté, je pensais que les notes que prendraient Cerise seraient davantage une mini encyclopédie, avec une direction écologique… ce n’est pas le cas et ç’a un peu déçu mes attentes.

C’est malgré tout une chouette histoire tournée vers l’amitié et l’entraide : l’union fait la force, à plusieurs on peut faire des miracles, etc.
Les personnages sont sympathiques, mais sans plus. Si j’aime bien la voisine Desjardins et le vieux monsieur Langer, les fillettes m’ont laissée froide. Je n’ai pas réussi à m’y attacher. Il manque quelque chose et je suis incapable de savoir quoi… peut-être que les héros sont trop lisses pour que je m’y accroche…
Les dessins sont jolis, dans le style aquarelle. Les couleurs sont chaleureuses. Mais ce qui m’a surtout impressionnée, ce sont les dessins animaliers. Ils sont magnifiquement réalistes et m’ont laissée sans voix. J’ai pris grand plaisir à les détailler.

J’ai quand même adoré cette lecture et j’ai hâte de découvrir les prochains pour voir ce que l’auteur nous réserve.

L’atelier des sorciers, tome 3 – Kamome Shirahama

Titre: L’atelier des sorciers, tome 3
Auteur: Kamome Shirahama
Éditeur: Pika
Nombre de pages: 192
Quatrième de couverturePour sauver un jeune garçon, Coco a utilisé un sort pour transformer un rocher en sable. Mais catastrophe ! Son sort a eu bien plus de portée qu’elle ne le pensait, et tout le lit de la rivière s’est effondré en conséquence. Coco est accusée par la milice magique d’avoir eu recours à un sort interdit et condamnée à voir sa mémoire effacée. Elle est sur le point d’être bannie à jamais du monde des sorciers…

J’ai eu beaucoup de mal à trouver le temps pour lire ce troisième tome. J’aurais pu le commencer n’importe quand mais je ne voulais pas être interrompue à tout bout de champ, donc j’ai attendu pour pouvoir le lire d’une traite.

A la fin du second tome, Coco dessine un sort sur le rocher qui bloque un garçon afin de transformer le morceau critique en sable, mais les choses tournent mal et le lit de la rivière en est modifié. Du coup, la milice des sorciers intervient et tente de tuer Agathe et Coco. Heureusement, Kieffrey est là pour les protéger.
Le chef de la garde cherche la raison pour laquelle le paysage a changé et est persuadé que la jeune héroïne en est la responsable, mais rien ne l’indique.
Avant la fin de ce troisième tome, on a la réponse ! Ouf !
On en apprend également davantage sur Tarta, le petit fils de M. Nornois le vendeur de fournitures magiques. Je crois que c’est un personnage que j’apprécie énormément, la fin laisse supposer qu’on devrait le voir plus souvent et je l’espère parce que je l’apprécie bien.
J’aime aussi de mieux en mieux Agathe, mais également les deux autres apprenties de Kieffrey. D’ailleurs, c’est le cas de chacun des personnages importants de ce manga.

Par contre, on n’en sait pas beaucoup plus sur la confrérie du capuchon.
L’auteure sème des graines qui pousse le lecteur à s’interroger. On comprend tout doucement leur but, pourtant, on ignore toujours le rapport qui relie cette faction dissidente au sorcier Kieffrey.
Les dessins sont encore plus beaux que dans les précédents.
Une fois de plus, ce troisième tome est un coup de cœur. J’attends avec beaucoup d’impatience le quatrième… qui ne sort qu’en avril… Encore 4 mois d’attente T_T

Le retour de Mary Poppins

Titre: Le retour de Mary Poppins
Réalisateur: Rob Marshall
Casting: Emily Blunt, Lin-Manuel Miranda, Ben Whishaw, Emily Mortimer,…
Durée: 2h11
Genre: Comédie musicale Fantastique
Synopsis: Michael Banks travaille à la banque où son père était employé, et il vit toujours au 17 allée des Cerisiers avec ses trois enfants, Annabel, Georgie et John, et leur gouvernante Ellen. Comme sa mère avant elle, Jane Banks se bat pour les droits des ouvriers et apporte son aide à la famille de Michael. Lorsque la famille subit une perte tragique, Mary Poppins réapparaît magiquement dans la vie de la famille. Avec l’aide de Jack, l’allumeur de réverbères toujours optimiste, Mary va tout faire pour que la joie et l’émerveillement reviennent dans leur existence… Elle leur fera aussi découvrir de tout nouveaux personnages plein de fantaisie, dont sa cousine, l’excentrique Topsy. 

J’ignorais totalement que le film sortait déjà au cinéma. C’est ma fille qui m’a prévenue et qui voulait aller le voir. Je me suis arrangée pour y aller ce matin.
Je n’étais pas très motivée pour aller le voir : j’adorais le premier volet des années 60, je redoutais grandement cette Mary Poppins. D’ailleurs, hier soir on l’a revu et c’était très bien parce que celui-ci contient un certain nombre de références et de phrases qui m’ont fait sourire.

L’histoire se déroule quelque chose comme trente ans après le premier. Michael Banks est adulte, il a trois enfants. Sa femme étant morte dans le courant de l’année, il est complètement dépassé au point d’oublier de payer trois mensualité à la banque. Quand les huissiers viennent, il est trop tard pour régulariser et pour conserver sa maison, il doit s’acquitter en totalité de sa dette, à moins qu’il ne retrouve le certificat qui prouve que son père avait des actions dans la banque. Sa sœur, Jane, décide de l’aider dans cette tâche.
Avec tout cela, il n’a ni le temps, ni la patience de s’occuper de ces trois enfants, des bambins qui ont grandi trop vite et qui se sentent obligés de prendre soin de leur père. C’est alors que Mary Poppins débarque afin de remettre de l’ordre dans cette famille.

Pendant toute la durée du film, j’ai dû faire la même chose que beaucoup : comparer le jeu d’actrice de Julie Andrews et de Emily Blunt. Et indéniablement, je préfère la seconde.
Comme dit plus haut, j’ai beaucoup aimé la première Mary Poppins, mais je la trouve froide : elle est belle, elle parvient à sourire quand nécessaire, mais ça sonne faux. Quant à son air sévère, c’est un échec : ses yeux restent rieurs, ils manquent de dureté.
Je n’ai pas eu cette sensation avec Emily Blunt. Elle est magnifique dans le rôle. Son sourire et ses yeux sont cohérents avec les sentiments qu’elle exprime. Elle alterne aisément douceur, sévérité, etc.

J’ai moins bien aimé les chansons, même si je les trouve bien plus intéressantes pour le déroulement de l’histoire. Quant au scénario du film, il est bien plus travaillé que le premier.
Il était un petit peu long par moment, mais j’ai malgré tout adoré ce film.